La Palestine rejoint Interpol malgré les pressions d’Israël

 La Palestine rejoint Interpol malgré les pressions d’Israël

Le président chinois Xi Jinping discourant lors de la 86ème Assemblée générale d’INTERPOL au Centre national des congrès de Pékin


Interpol a approuvé ce mercredi 27 septembre l'adhésion de «l'Etat de Palestine», a indiqué l'organisation internationale policière, malgré la forte opposition d'Israël.






«L'Etat de Palestine et les îles Salomon sont désormais pays membres», a annoncé Interpol sur le réseau social Twitter, en marge de son assemblée générale organisée dans la capitale chinoise Pékin. L'organisation compte désormais 192 pays membres.



L'autorité palestinienne avait déjà postulé pour adhérer à Interpol en 2016, mais avait échoué dans sa tentative (62 voix contre 56). 


Elle est revenue à la charge, arguant qu'une adhésion à Interpol l’aiderait à "poursuivre les fugitifs recherchés pour des accusations de corruption criminelle et financière". 



Israël a donc tenté par tous les moyens diplomatiques de dissuader les autres pays membres de voter en faveur de l'adhésion de l'Etat de Palestine. L'autorité palestinienne pourra désormais donc demander (en théorie) des informations à Interpol sur des citoyens israéliens en vue d’obtenir leur arrestation ou leur extradition.


L’appartenance palestinienne à Interpol donne également à la police de l’Autorité Palestinienne l’accès au réseau informatique commun « I-24/7 » et à la base de données criminelles commune de 190 pays, dont Israël.


Nadir Dendoune

Nadir Dendoune

Nadir Dendoune