Deliveroo : la lutte contre les nouveaux tarifs continue

 Deliveroo : la lutte contre les nouveaux tarifs continue

Rassemblement des livreurs indépendants de Deliveroo sur la Place de la République


Après les rassemblements estivaux, les livreurs Deliveroo continuent de se mobiliser en cette rentrée, une période déterminante pour ces derniers.


Baisse des tarifs


Jérôme Timot, cofondateur du CLAP (collectif des livreurs autonomes de Paris), s'en indigne depuis trois ans maintenant. Chaque été, depuis 2016, Deliveroo profite du renouvellement d'effectif de la période estivale, pour changer les tarifications au désavantage des livreurs. C'est pour dénoncer et lutter contre ces nouvelles baisses que les livreurs Deliveroo appelaient à se rassembler hier soir (1er août) dans plusieurs villes dont Paris, Bordeaux ou encore Strasbourg : « Pour les nouveaux qui arrivent à la rentrée, ils mettent en place un nouveau tarif. Les nouveaux vont bosser pour moins cher sans rien dire. Par contre, les anciens affichent leur mécontentement et font grève » expliquait le cofondateur de CLAP.


Seuil psychologique


L'été dernier, un tarif variable en fonction de la distance de livraison, mais avec un minimum garanti (environ 4,70 € à Paris), était mis en place. Cet été, c'est la disparition du tarif minimum, d'où la grève entamée en juillet par les livreurs : « On a atteint un seuil psychologique au niveau du prix [2,50 € la livraison, ndlr]. De plus, les nouveaux tarifs équivalent à une baisse de 30 à 50% du chiffre d'affaires… » explique Jérôme Timot. Pour ce dernier, Deliveroo veut favoriser un mode de livraison plus « efficient » en augmentant le tarif des courses longues distances « de quelques dizaines de centimes », tandis que « la rémunération des courtes distances, ou courtes durées, a diminué de moitié ».


Faire prendre conscience


Leurs revenus ne leur permettant pas de pouvoir s'offrir un avocat afin d'attaquer cette grosse entreprise en justice, la solution est d'interpeller le public, c'est-à-dire les éventuels consommateurs, afin de taper là où ça fait mal pour les entreprises comme Deliveroo : au porte-monnaie. Ça signifie également de faire prendre conscience aux restaurateurs du rôle qu'ils ont à jouer : « Les restaurants se font siphonner toutes leurs données par Deliveroo. Les restaurants ne savent pas que, en même temps qu'ils donnent presque 30% à Deliveroo, ils leur donnent aussi presque les clés de la boutique et leur portefeuille client… » selon le cofondateur de CLAP.

Charly Celinain

Charly Celinain