Les allocs des parents d’enfants violents bientôt supprimées ?

 Les allocs des parents d’enfants violents bientôt supprimées ?

Nicolas Thibaut / Photononstop / AFP


Le plan contre les violences scolaires sera bientôt présenté au ministre de l’Education. La suppression des allocs aux parents d’élèves violents est envisagée.


Cette mesure fait partie d’une série de pistes avancées dans le plan d’action contre les violences scolaires qui devrait se retrouver cette semaine sur le bureau de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale.


Complices


On parle ici d’adolescents qui auraient commis des actes de dégradation au sein de leur établissement scolaire par exemple.


La ponction financière s’élèverait d’ailleurs au montant des dégradations commises par l’élève en question.


Les parents concernés seraient, selon les mots de Jean-Michel Blanquer, « complices d’une évolution violente de leurs enfants ».


Le ministre appelle précisément à faire la différence entre « une famille dépassée par les événements (…) et des cas où des parents ont été complices d'une évolution  violente des enfants ».


Loi Ciotti


Politiquement, rien de très original. Il s’agit même de ce que l’on nomme un serpent de mer.


On se souvient qu’en 2008, c’est Christian Estrosi qui envisageait de suspendre ou supprimer les allocations familles pour les parents d’enfants délinquants.


Et en 2010, c’est Nicolas Sarkozy qui l’avait évoqué pour lutter contre l’absentéisme des élèves à l’école.


Le principe avait été appliqué avec la loi Ciotti en janvier 2011 pour être ensuite supprimée sous François Hollande, parce que jugée inefficace.

 

Chloe Juhel

Chloe Juhel