A Tunis l’Olympique de Marseille ouvre sa première Académie

 A Tunis l’Olympique de Marseille ouvre sa première Académie

Achraf Ben Salha présentant à Tunis la franchise “OM School”


L’Olympique de Marseille est arrivé le 1er août dans la capitale tunisienne sous l’égide d'un partenariat franchisé pour y fonder une première Académie de Football portant le nom du prestigieux club au Maghreb. Présentation d’un projet ambitieux.



 


La question de la formation, de l’encadrement et des infrastructures resurgit régulièrement dans les pays du Maghreb où le football reste le sport le plus populaire, spécialement en Tunisie toujours premier pays arabe au classement de la Fifa (25ème mondial), et deuxième nation africaine derrière le Sénégal.


C’est dans ce contexte qu’intervient l’initiative d’une académie footballistique d’un genre nouveau, celle du staff de l’OM venu de l’autre côté de la méditerranée, pour présenter à l'Hôtel Laico, centre-ville de Tunis, les contours de son « vivier de futurs champions », fort d’un savoir-faire internationalement reconnu.


 


La Tunisie, un choix symbolique  


Il s’agit en effet de la toute première école du genre, partie intégrante d’un futur réseau d’écoles de football destinées aux jeunes dans le monde, via un nouveau programme intitulé « OM School ».


C’est le 7 septembre prochain que le centre ouvrira ses portes, ont annoncé lors de la conférence de presse les responsables marseillais : le directeur général Laurent Colette, accompagné d’Alejandro Requena, responsable du développement international, ainsi qu’ Alexandre Rosée, attaché de presse du staff :


« L’ouverture de l’OM School Tunis s’inscrit dans notre nouvelle stratégie internationale qui se veut plus proche du Maghreb et qui souhaite s’inscrire dans la durée. Elle marque aussi le début d’une nouvelle étape de développement d’écoles de football et nous sommes fiers que celle de Tunis soit la première de ce programme. Ainsi, nous nous rapprochons de nos fidèles supporters tunisiens qui nous suivent nombreux et avec une passion inébranlable » s’est félicité Laurent Colette.


« Ce projet ambitieux impulsé par Achraf Ben Salha, un professionnel expérimenté de la gestion d’entreprise et propriétaire d’un centre de football à Tunis », apprend-on par ailleurs dans un communiqué de presse.


Le complexe sera composé de quatre terrains synthétiques de dernière génération, d’un stade de 3000 spectateurs, d’un restaurant familial et d’un espace de jeux pour les enfants. Au chapitre des infos pratiques, les inscriptions d’ores et déjà ouvertes se feront au prix d’une souscription d’un peu plus de 700 dinars tunisiens par trimestre, soit en environ 220 euros. Un tarif jugé raisonnable et non élitiste par une famille présente sur place, comparé aux milliers de dinars souvent réclamés par les établissements éducatifs privés pour la même période.


 


« Renouer le contact avec les passionnés du football au Maghreb »  


Quant au cadre spatial, c’est à quelques encâblures de l’espace commercial Géant – Tunis City (Sidi Thabet) que l'OM School s’implante, ambitionnant de capter la passion des jeunes talents tunisiens âgés entre 5 et16 ans.


L’accès à cette « formation de haute qualité » se veut « éducatif et technique », via un programme d'entrainement basé sur une méthodologie pédagogique appliquée par un tandem d’éducateurs tunisiens et de coachs et joueurs stars de l'OM qui y alterneront leurs visites, ont expliqué les responsables qui prédisent la joie des enfants de rencontrer Didier Drogba à Tunis.


« J’ai toujours été un très grand fan de l’OM et ce depuis mon enfance. Ce club avec 120 ans d’histoire est si proche de notre chère Tunisie géographiquement et culturellement. J’adore l’ambiance de l’Orange Vélodrome, la passion des supporters de l’OM. Mon rêve était de voir une école de l’OM s’installer en Tunisie et qui puisse permettre à nos jeunes talents d’avoir accès à une formation professionnelle de qualité. Je suis très content de voir ce rêve se réaliser enfin », a affirmé Achraf Ben Salha, propriétaire de la franchise.


 


Lire aussi : CAN2019. Un article à propos d'une "Algérie made in France" passe mal

Seif Soudani