Arash Derambarsh reste avocat, pour le Conseil de l’Ordre

 Arash Derambarsh reste avocat, pour le Conseil de l’Ordre

L’avocat Arash Derambarsh (Copyright Eugénie de Lozada)

L’avocat Arash Derambarsh peut encore porter sa robe. Le 2 Septembre dernier, l’administrateur provisoire de l’université Paris I-La Sorbonne signale au conseil de l’ordre de l’annulation de la thèse de doctorat d’Arash Derambarsh. L’instance décide le 10 novembre, de ne pas prononcer la suspension. Elle met en cause la “légèreté blâmable” de la Sorbonne.

L’affaire qui a mis en avant les dysfonctionnements de l’Université Paris I-La Sorbonne n’en finit plus de connaitre des rebondissements. Après les décisions disciplinaires à l’encontre d’Arash Derambarsh, l’université a indiqué avoir signalé au conseil de l’ordre l’annulation de sa thèse. Le conseil de l’ordre devait s’interroger sur ses éventuels “manquements aux règles de la profession d’avocat, notamment les principes de conscience, probité, honneur, loyauté, délicatesse et courtoisie”

>>Lire aussi : La Sorbonne reconnait ses dysfonctionnements sur l’affaire Derambarsh

Dans une décision rendue le 10 novembre, le conseil de l’ordre souligne “la gravité des griefs” et relève des explications souvent “confuses” de l’avocat parisien. Toutefois, il estime que “les accusations ne sont pas assez étayées”. Le conseil de l’ordre des avocats de Paris est particulièrement sévère avec l’Université Paris I-La Sorbonne. Il estime que la section disciplinaire “a fait preuve d’une légèreté blâmable dans le suivi des étudiants, la composition des jurys et la gestion des thèses en général.”

>>Lire aussi : Arash Derambarsh : L’affaire qui a fait dysfonctionner la Sorbonne

Le conseil de l’ordre des avocats de Paris confirme notre enquête sur les dysfonctionnements de l’université. Pour autant, l’élu de Courbevoie, Arash Derambarsh, qui se bat contre le gaspillage alimentaire n’en est pas pour autant à l’abri. Début décembre, il doit présenter sa défense devant le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER). Après le signalement de l’université, une enquête judiciaire ouverte auprès du parquet de Paris, est confiée à la Brigade de  repression de la délinquance aux personnes (BRDP).

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).