Nadir Dendoune se confie au Point sur le film consacré à sa mère

 Nadir Dendoune se confie au Point sur le film consacré à sa mère

Des Figues en Avril


Notre journaliste Nadir Dendoune se confie au Point sur l'histoire du film qu' il a consacré à sa mère. Beaucoup d'émotions et un rare ressenti.


 





Découvrez la BANDE-ANNONCE du film documentaire de Nadir Dendoune "Des Figues en Avril". SORTIE :  LE 4 AVRIL 2018


 


Le point Afrique a interviewé notre confrère et collègue, Nadir Dendoune. après le visionnage du film documentaire "Les figues en Avril". Un film sur sa mère, Messaouda, qui vit seule dans un petit apparement à l'île-saint-denis depuis l'hospitalisation du père atteint de la maladie d'Alzheimer. Avec beaucoup d'émotions, on découvre une femme épris de nostalgie mais surtout force de courage, de beauté et d'humour. Un hommage à sa "daronne" pour Nadir Dendoune, auteur notamment de Nos rêves de pauvres, recueil de chroniques qui retrace la saga de sa famille, et de Un tocard sur le toit du monde (les deux titres parus aux éditions JC Lattès), récit de son ascension de l'Everest dont a été inspiré un long-métrage, L'Ascension.


Dans son interview au Point Afrique, notre confrère et collègue, Nadir Dendoune relève que la discussion avec sa mère à commencer "naturellement" après que son papa a été placé dans un Ephad (maison médicalisée)."J'ai senti que ma mère, en plus d'être triste de voir partir celui avec qui elle avait vécu 63 ans, avait aussi besoin de parler. Elle me disait des choses qu'elle n'avait jamais dites auparavant. Des choses très profondes. Sur elle, sur nous, sur l'exil, la vieillesse, la solitude, la maladie..."


Sa mère qui venait de Kabylie pour rejoindre son mari en France, aurait "aimé rester dans son village d'Ighil Larbaa. Elle adorait sa vie de paysanne, aussi dure qu'elle ait été : chercher du bois, de l'eau au puits, emmener paître les animaux… Elle n'a pas et ne digérera jamais l'exil, mais elle fait avec. Elle s'est sacrifiée pour ses enfants."


Autour de la réflexion sur l'exil, Nadir Dendoune relève que sa mère a fait de la France son pays " même si l'Algérie n'a jamais quitté son cœur….la construction d'une maison en Algérie rendait concret leur rêve de retour. Malgré cela, la vie en a décidé autrement et ils ne sont jamais rentrés." Dans ce film émouvant sur des femmes qui ont vécu leurs vies dans l'ombre de leur maris, Nadir Dendoune évoque dans son article au Point Afrique que sa " mère est pleine de regrets même si pour elle, tout ce qui arrive fait partie de son destin. Bien que son cœur soit triste, sa foi en Dieu lui fait tenir le coup."


* En salle le 4 avril.


 


Retrouvez l'intégralité de l'interview de notre collègue et confrère, Nadir Dendoune dans le Point Afrique.


 


 

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).