Atlantide : les jeunes, vrais acteurs des révolutions ?

 Atlantide : les jeunes, vrais acteurs des révolutions ?

Omar Youssef Souleimane auteur de Le dernier Syrien (Flammarion 2020) et Kaouther Adimi


Les jeunes sont-ils les vrais acteurs des révolutions ? Question soulevée lors du festival des littératures Atlantide sur laquelle les auteurs ont leur petite idée.


Enfants


« J'ai pris des enfants parce qu'en face il y avait des généraux tout puissants et qu'il fallait des adversaires à leur hauteur ». Par cette petite phrase l'autrice Kaouther Adimi résume parfaitement l'intention de son roman Les petits de décembre (Seuil, 2019).


Au festival Atlantide (Nantes), lors d'une conférence intitulée « Les enfants sont-ils les vrais acteurs de la révolution ? », cette dernière revient sur son livre dont le point de départ est un fait réel.


En février 2016 en Algérie, un terrain vague est devenu constructible et a été acheté par des généraux. Ces derniers voulaient y construire des logements sauf que depuis 20 ans, les jeunes ont aménagé ce terrain vague en terrain de football.


Un affrontement entre des enfants et des généraux, une évidence pour l'autrice : « les seuls qui sont intouchables, qui ne pouvaient pas être embarqués sur un claquement de doigts des généraux, c'était les enfants ».


Deux mondes


« C'est l'histoire d'un désir de liberté, mais aussi d'un monde qui s'effondre. Celui des généraux, de l'armée et de toutes ses capacités, sa puissance », explique Kaouther Adimi.


Un désir de liberté de cette nouvelle génération face auquel les ressources habituelles des généraux (écoutes, infiltrations, intimidations) s'avèrent inefficientes. Cette opposition de générations autour d'un terrain serait une allégorie parfaite de ce qu'il se passe depuis un an en Algérie.


Une opposition qui permet à l'autrice de « mettre aussi en relief plusieurs générations dans le roman » : « La génération de la guerre d'indépendance auréolée de toute cette histoire, la génération juste après, les parents des petits, puis les enfants qui sont complètement en dehors de cette histoire ».


L'avenir syrien


Toujours sur le thème « Les enfants sont-ils les vrais acteurs de la révolution ? », l'auteur syrien Omar Youssef Souleimane revient sur un fait marquant. Au début de la révolution syrienne, des enfants de 8 à 15 ans avaient écrit des slogans contre le régime sur les murs d'une école.


« Bachar Al Assad a fait arrêter ces enfants, torturer et casser leurs doigts. Les pères de ces enfants sont allés à la prison pour libérer leurs enfants. Le préfet leur a dit « rentrez chez vous et faites de nouveaux enfants. Si vous ne pouvez pas envoyez-nous vos femmes, nous allons nous en occuper » » raconte l'écrivain.


Pour ce dernier, l'humiliation, ajoutée aux tortures subies par les enfants, a poussé les adultes dans la rue pour réclamer un avenir meilleur pour leurs enfants.


Après presque 10 ans de guerre en Syrie,  Omar Youssef Souleimane est peu optimiste : « Aujourd'hui en Syrie, environ 17 000 enfants sont emprisonnés, tous âgés de 10 à 18 ans. Quand on imagine l'avenir à travers ces enfants, c'est tellement noir… ».

Charly Celinain

Charly Celinain