Economie. Le secteur du tourisme marocain est à genoux

 Economie. Le secteur du tourisme marocain est à genoux

Huit villes sont fermées depuis cette nuit à minuit : Tanger, Tétouan, Fès, Meknes, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech. AFP

Le tourisme marocain est touché de plein fouet par la crise covid-19. L’annonce de ce dimanche en fin d’après-midi de fermer 8 villes touristiques a créé un véritable vent de panique dans les hôtels et les agences de voyage du Royaume. Départs précipités et annulations de séjours se sont multipliés. 

 

Huit villes sont fermées depuis cette nuit à minuit : Tanger, Tétouan, Fès, Meknes, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech. C’est le chaos pour le secteur du tourisme.

L’annonce de fermeture des villes intervenue hier vient de sonner le glas à une saison déjà compromise. En créant un vent de panique chez les touristes nationaux en séjour actuellement et ceux qui avaient programmé de voyager dans les prochains jours.

Les réceptions des hôtels ouverts ont été prises d’assaut hier en fin d’après-midi par les touristes nationaux en vacances afin de mettre fin à leurs séjours. Ceux qui avaient prévu de voyager dans les prochains jours sont tous en train d’annuler leur voyage.

Un futur sombre

Pour Abdellatif Kabbaj, président de la Confédération nationale du tourisme, « Les gens sont affolés, le tourisme est anéanti avec toutes ces décisions de dernière minute. On pensait reprendre en avril 2021, mais avec tout ce qui se passe, les gens n’ont plus confiance en le Maroc. »

Effectivement, au moment où les autres pays sont dans la reprise, nous sommes encore dans une situation très fragile sans cohérence et nous avons perdu toute crédibilité auprès des TO et prescripteurs de voyage internationaux.

Pour Fouzi Zemrani, vice-président de la Confédération nationale du tourisme, « une décision comme cela, à la dernière minute, est catastrophique pour le secteur.»

« Les hôteliers et les destinations touristiques dans leur globalité vont être à l’agonie. Et cela va renforcer le sentiment d’incertitude chez les touristes. Les répercussions vont être lourdes. »

Jamais le secteur n’a connu une crise aussi intense et avec autant de rebondissements et sans mesures d’accompagnement.

>> Lire aussi : Tourisme au Maroc : les opérateurs attendent la réouverture des frontières

Ahlam Jebbar

Ahlam Jebbar