François Hollande sur l’identité : « La France est un renouvellement permanent »

 François Hollande sur l’identité : « La France est un renouvellement permanent »

Le Président de la République veut faire taire la polémique sur l’identité française en tenant un discours résolument progressiste. Bertrand Langlois/AFP


François Hollande a fait l'éloge vendredi de la « multiplicité » de la France et de son « renouvellement permanent », affirmant que le pays n'était pas une « identité figée dans le marbre » et la nostalgie, en référence au débat actuel sur l'identité française. Nadine Morano, à l’origine d’une violente polémique sur la France, « pays de race blanche » en rajoute une couche, passant outre les critiques de son propre parti.


 


La France n'est pas une identité figée dans le marbre


« Il est très important que nous puissions avoir le souvenir de nos mœurs, nos rites, nos traditions, mais également de toute notre culture. Connaître notre passé, c'est comprendre la diversité de la France, sa multiplicité. (…) On trouve aussi sa continuité, son unité à travers le mouvement », a-t-il déclaré en inaugurant les nouveaux locaux de l'École nationale des Chartes, spécialisée dans la formation aux sciences de l'histoire.


« La France n'est pas une identité figée dans le marbre, elle n'est pas une nostalgie qu'il faudrait conserver, un corps vieilli avec un sourire fatigué, la France est une espérance (…), la France est un renouvellement permanent et une volonté de participer pleinement à la construction du monde », a-t-il estimé devant un auditoire d'élèves et anciens élèves et d'historiens tels Pierre Nora.


Ces propos interviennent après la dernière saillie de l'eurodéputée Les Républicains Nadine Morano sur la France, pays de « race blanche » selon elle, qui lui a valu d'être évincée comme tête de liste en Meurthe-et-Moselle et a provoqué des remous dans la classe politique. Une mise à l’écart qui n’a pas calmé l’ancienne ministre, qui fait à nouveau appel au Général de Gaulle pour justifier son discours et s’en prendre à la direction de son parti.


 


Expulser les femmes en voile intégral


« Chez les Républicains, le Général est tricard et l'homme n'a pas droit de cité (…) L'esprit du gaullisme est un peu en train de s'éteindre » dans ce parti, a accusé l'eurodéputée devant plusieurs centaines de personnes venues la soutenir dans son fief électoral, à Velaine-en-Haye (Meurthe-et-Moselle), entre Nancy et Toul.


Accusant Nicolas Sarkozy d'avoir « cédé à la bien-pensance centriste », Mme Morano s'est également lancée dans une vive diatribe contre l'immigration et l'islam radical. « L'Europe, faible de ses frontières extérieures, se fait envahir. (…) On vous ment, ce ne sont pas 24 000 migrants qui arrivent, ils arrivent par centaines de milliers, par centaines de milliers ! », a-t-elle martelé.


« Nous sommes en train de vivre un choc des civilisations. Voilà la vérité qu'on vous cache ! », a-t-elle poursuivi. En guise de moyen de lutte, elle a suggéré que les femmes portant le voile intégral soient « déchues de (leurs) droits civiques », et même « expulsées » du territoire si elles sont étrangères, car ce voile est selon elle un « facteur d'angoisse ».


Rached Cherif

Mohamed C.