Refus de scolarisation d’enfants Roms : la maire relaxée ?

 Refus de scolarisation d’enfants Roms : la maire relaxée ?

Marie-Carole Ciuntu


 


L’affaire avait fait beaucoup de bruit à la rentrée 2014. La justice s’apprête à trancher le cas de cette maire de banlieue parisienne qui aurait refusé de scolariser des enfants Roms.


 


Le suspense est quasi nul. Début juillet, la relaxe a été requise pour Marie-Carole Ciuntu, maire Les Républicains de Sucy-en-Brie, petite commune du Val-de-Marne. « A mon sens, la preuve d’une discrimination n’est pas suffisamment apportée », a déclaré le procureur.


 


5 enfants non scolarisés


Les faits remontent à il y a un peu moins d’un an. Une militante de l’association Romeurope s’était présentée à la mairie de Sucy-en-Brie avec le dossier de 5 enfants Roms non scolarisés. Une demande à laquelle le cabinet du maire aurait donc répondu par la négative, ce qu’a toujours nié Marie-Carole Ciuntu. L’association Romeurope, elle, s’est constituée partie civile de ce procès, aux côtés du Mrap et du Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti).


 


Citation directe pour discrimination raciale


L’association s’est ensuite fendue d’une lettre adressée à l’édile pour demander plus d’explication et surtout brandir la menace d’une possible saisine du Défenseur des droits. Sans réponse de la part de la mairie, Romeurope a accéléré la cadence et a décidé d’envoyer une citation directe pour « discrimination raciale » contre Marie-Carole Ciuntu. Si, le 2 septembre prochain, la justice décide que la maire n’a en aucun cas refusé de scolariser ces enfants, la question demeure de savoir pourquoi l’association Romeurope n’a jamais eu droit à une réponse digne de ce nom … 


 


Chloé Juhel



 

Chloé Juhel