Garde à vue pour Brahim Bouhlel et Zbarbooking à Marrakech

 Garde à vue pour Brahim Bouhlel et Zbarbooking à Marrakech

Brahim Bouhlel et Zbarbooking (DR)

Après les réactions sur le net, c’est l’heure du judiciaire. Selon les informations du club des avocats au Maroc, l’acteur Brahim Bouhlel et le snapchatteur Zbarbooking sont placés en garde à vue. Avec l’acteur Hedi Bouchenafa, ils avaient insulté et calomnié les femmes marocaines et des enfants de la ville ocre.

 

Les autorités marocaines n’ont visiblement pas du tout apprécié la “blague” des acteurs Brahim Bouhlel et Hedi Bouchenafa et du snapchatteur Zbarbooking. Saisi par les réseaux sociaux et par le Club des avocats du Maroc, le Procureur du Roi à Marrakech avait ordonné des instructions pour une information judiciaire.

Selon Mourad Elajouti, le président du Club des avocats du Maroc, 2 des 3 protagonistes (Brahim Bouhlel et Zbarbooking) sont placés en garde à vue. Le Procureur du Roi de Marrakech a demandé à les entendre pour “diffamation et publication de photos de mineurs sans le consentement des parents.”

>> Lire aussi : Vidéo : Brahim Bouhlel et Zbarbooking risquent la prison

Un “trait d’humour” qui n’en est pas un et des excuses rejetées

Dans une vidéo publiée samedi, les 3 protagonistes avaient tenté un “trait d’humour” qui n’en était pas un. Entre le manque de respect, les insultes sexistes et l’utilisation d’images de mineurs, ils provoquent un tollé sur les réseaux sociaux. Très vite, 2MInteractive déprogramme l’émission avec l’acteur de la série Validé sur Canal Plus. La marque aux trois bandes, Adidas marque aussi son opposition et rappelle qu’aucun “contrat ne lie la marque à Brahim Bouhlel” et qu’elle envisage de “reconsidérer sa collaboration avec lui.

De leur côté, Brahim Bouhlel, Hedi Bouchenafa et Zbarbooking ont présenté des excuses sur les réseaux sociaux. Ils parlent de “blague” mal comprise. A travers plusieurs messages vidéos, écrits et audio, ils demandent pardon et se rendent compte du tort commis.

>> Lire aussi : L’acteur Brahim Bouhlel insulte les femmes et enfants marocains

Les rappeurs Booba, Maes, Mister You, Niro,…

Malgré leurs excuses, le buzz médiatique continue. Plusieurs rappeurs célèbres s’en mêlent. Niro indique que l’on “avait déjà beaucoup de mal à vivre en paix”. Il rajoute :”Ne blessez pas notre dignité, ni celle de nos femmes et encore moins celle de nos enfants”. Le rappeur Maes a proposé à Brahim Bouhlel de le voir “sur Kech en rapide.”

Toujours parmi les rappeurs, Booba s’en prend autant à l’acteur qu’à son réalisateur Franck Gastambide. “On attend le communiqué du boss qui exploite notre culture et se moque totalement de nos codes et de notre travail”. Le rappeur Lacrim demande à ce qu’on ne “mélange pas Algérien et Marocain. Il rajoute que ces gens “n’ont pas d’éducation, de vécu et de respect.” Enfin, Mister You demande aux personnes de se “unfollow fort” de leurs comptes.

L’acteur Hedi Bouchenafa a d’ores et déjà supprimé son compte Instagram. De son côté, Brahim Bouhlel a réitéré ses excuses au peuple marocain dans une vidéo diffusée dimanche soir.

>>Lire aussi : Suspension des vols pour le Maroc jusqu’au 21 mai 2021 

>> Lire aussi : Décès de la chanteuse populaire marocaine, El Haja El Hamdaouia

>> Lire aussi : Découverte d’un possible “variant marocain” du Covid19 

 

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).