Harvard : Un camion publicitaire diffuse les noms d’étudiants dont l’association condamne Israël

 Harvard : Un camion publicitaire diffuse les noms d’étudiants dont l’association condamne Israël

Le conflit israélo-palestinien s’invite au sein de l’université Harvard

Une opération publicitaire diffusant les noms et photos d’étudiants de l’Université de Harvard dont les associations avaient critiqué Israël a suscité la controverse. Leurs organisations imputaient à l’État hébreu la responsabilité des violences en cours. Une opération d’intimidation qui suscite beaucoup de réactions.

Cette manifestation, baptisée « camion de doxxing », est survenue peu après la publication de la déclaration par les Harvard Palestine Solidarity Groups. Cette coalition d’associations étudiantes de Harvard imputait entièrement au gouvernement israélien la responsabilité des violences en cours, en réponse aux attaques du Hamas ayant fait plus de 2600 victimes des deux côtes, dont au moins 25 citoyens américains.

Cependant, des étudiants et leurs groupes se sont désolidarisés de la déclaration ou ont retiré leur soutien en réaction à une vive controverse, tant au sein de l’université qu’à l’extérieur. Plusieurs d’entre eux ont admis n’avoir pas lu la déclaration avant de la signer.

Un groupe à but non lucratif conservateur a revendiqué l’organisation de ce camion publicitaire. Sous la bannière « Les plus grands antisémites de Harvard », le groupe a utilisé des panneaux d’affichage virtuels pour afficher les noms et les images des étudiants et a également publié ces informations en ligne. Le président de ce groupe a annoncé sur X qu’ils retiraient les noms des étudiants appartenant à des groupes s’étant désengagés, tout en ajoutant de nouveaux noms à intervalles réguliers.

 

Tentative d’intimidation

L’organisation étudiante juive de l’université, le Hillel, a condamné le camion publicitaire et les tentatives d’intimider les signataires de la déclaration. Le Hillel a précisé que bien qu’ils rejettent la déclaration de manière catégorique et demandent des comptes à ceux qui l’ont signée, cette responsabilité ne doit en aucun cas se traduire par une intimidation publique des individus.

La chercheuse juridique de Harvard, Laurence Tribe, a également condamné les tentatives d’exposer les étudiants. Dans un courrier électronique adressé à CNN, il a déclaré que nommer et blâmer les étudiants, ainsi que les étiqueter comme antisémites et diffuser leurs photos pour les exposer était « beaucoup plus dangereux qu’utile ».

Il est à noter que la publication malveillante d’informations personnelles, telles que les adresses domiciliaires ou les numéros de téléphone, est une tactique utilisée depuis des années par des groupes d’extrême droite pour intimider les militants palestiniens et leurs alliés.

 

Name and shame

En réponse à la controverse croissante, au moins huit des 34 groupes d’étudiants de Harvard ayant signé la déclaration ont retiré leur signature, selon le journal étudiant Harvard Crimson. Ce revirement fait suite à la demande de plusieurs dirigeants d’entreprise qui exigeaient que l’université de Harvard publie les noms des étudiants signataires pour ne pas les embaucher.

Mercredi, Larry Summers, économiste de renom et ancien président de Harvard, a appelé à la prudence et à la réflexion. Il souligne que bon nombre de ces groupes n’avaient jamais vu la déclaration avant sa publication, évoquant une possible naïveté de leur part.

Face à ces événements, les autorités universitaires ont pris des mesures pour répondre à la situation. Cheryl Weenick, vice-présidente exécutive de l’université, a souligné que l’université ne tolérait ni n’ignorait l’intimidation, les menaces ou les actes de harcèlement ou de violence. Elle a également informé que le service de police de l’université avait renforcé sa présence sur le campus et surveillait l’activité en ligne pour détecter toute menace spécifique. De plus, elle a inclus un lien vers des ressources de conseils sur le harcèlement en ligne et d’autres menaces électroniques dans son message.

Mohamed C.