Il y a un an, disparaissait la légende de la chanson kabyle Idir

 Il y a un an, disparaissait la légende de la chanson kabyle Idir

Le chanteur kabyle Idir. Jean-Michel Delage / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Il y a un an jour pour jour, le 2 mai 2020, Idir, le chanteur kabyle connu dans le monde entier, décédait d’une maladie pulmonaire. Pour les berbérophones, Idir avait une place particulière. « Ce n’est pas un chanteur comme les autres. C’est un membre de chaque famille », disait de lui le sociologue Pierre Bourdieu, auteur de nombreux écrits sur la Kabylie.

De son vrai nom Hamid Cheriet, Idir était né le 25 octobre 1949 à Aït Lahcène, près de Tizi-Ouzou, capitale de la Grande Kabylie. Alors qu’il se destinait à être géologue, un passage en 1973 sur Radio Alger change le cours de sa vie : il remplace au pied levé la chanteuse Nouara, et sa chanson en langue berbère “A Vava Inouva”, qui évoque les veillées dans les villages kabyles, fait le tour du monde à son insu pendant qu’il fait son service militaire.
Je suis arrivé au moment où il fallait, avec les chansons qu’il fallait“, racontait en 2013 à l’AFP Idir, imprégné dès son enfance par les chants qui rythmaient tous les moments de la vie quotidienne. Il rejoint Paris en 1975 pour produire son premier album, également intitulé “A Vava Inouva“.

Retour au devant de la scène avec “Identités”

Il disparaît de la scène pendant dix ans, de 1981 à 1991, mais sa carrière est ensuite relancée. A l’automne 1999, profitant de l’élan donné par ses compatriotes Cheb Mami et Khaled, il signe son retour discographique avec l’album “Identités”. Il propose alors un mélange de “Chââbi”, la musique algéroise, et de rythmes empruntés aux genres occidentaux.
A l’image de son désir du mélange des cultures, il y chante avec des musiciens de différents horizons culturels, musicaux ou géographiques. On retrouve Manu Chao, Dan Ar Braz, Zebda, Maxime Le Forestier ou Gnawa Diffusion, Gilles Servat, Geoffrey Oryema et l’Orchestre national de Barbès.
Pour rendre hommage au chanteur, un recueillement sur la tombe d’Idir au cimetière du Père-Lachaise à Paris aura lieu ce dimanche 2 mai, à partir de 14h. Une cérémonie est également prévue dans le village natal d’Idir où une stèle à son effigie sera érigée.

Nadir Dendoune