Le Dieu Maradona est décédé

 Le Dieu Maradona est décédé

Diego Maradonna au Stade de Saint-Pétersbourg à Saint-Pétersbourg en Russie, lors du match de la Coupe des Confédérations opposant le Chili à l’Allemagne, le 02-07-2017.

Diego Maradona, légende du football argentin,  légende du football tout court, icône mondiale, est décédé ce mercredi à l’âge de 60 ans suite à un arrêt cardiaque, ont annoncé les principaux journaux argentins, Clarin et La Nacion.

Né le 30 octobre 1960 à Lanús en Argentine, Maradona avait été opéré le 03 novembre dernier, soit quelques jours après avoir bouclé ses 60 ans, d’un hématome à la tête.
« J’ai deux rêves : disputer la Coupe du monde et la gagner », espérait le jeune Diego Maradona, interrogé par la télévision argentine alors qu’il n’avait que douze ans. Disparu à Buenos Aires alors qu’il venait de fêter son soixantième anniversaire et était entraîneur du Gimnasia la Plata, il les réalisera en 1986, au Mexique, lors d’un Mondial de haute volée. Avec l’Argentine, il sera décisif à dix reprises (cinq buts, cinq passes) en sept rencontres. Mais c’est surtout son match contre l’Angleterre, en quarts de finale, qui forgera sa légende.
Dans ce duel rendu bouillant par l’affrontement des deux pays aux Malouines, le malicieux Peluso marquera d’abord de la main (geste qu’il a qualifié de « Main de Dieu ») avant de dribbler victorieusement toute l’équipe adverse. Ce but a été consacré comme le plus beau du XXe siècle par la FIFA en 2002. Tout simplement. Malgré un Mondial 1982 raté et une Coupe du monde 1990 perdue en finale et marquée par les sifflets italiens à son encontre, Diego Maradona (34 réalisations en 91 sélections) a aussi été élu meilleur joueur de l’histoire des Coupes du monde par le Times, devant Pelé et Beckenbauer.
Idole argentine, Diego Maradona l’est également à Naples, qui l’avait transféré pour un montant record à l’époque (7,5 millions de dollars). Accueilli par 75 000 personnes au San Paolo lors de l’été 1984, il va vite s’imposer comme l’un des meilleurs joueurs du monde. Entre 1987 et 1990, il est au sommet de son art. Il remporte le doublé Coupe-Championnat 1987, est sacré meilleur buteur de la Série A 1988, gagne la Coupe de l’UEFA 1989 (avec une note de 10/10 de la Gazzetta en finale contre Stuttgart) puis encore un Scudetto en 1990.
Au Napoli, il trouvera plus d’amour qu’au Barça (1982-1984), où il a joué deux saisons et passé des moments contrastés : 38 buts en 58 matches et un titre de meilleur joueur de Liga, mais également onze mois sans compétition (hépatite, fracture d’une cheville, suspension). Il restera évidemment dans le cœur des fans du Séville FC (1992-1993), où il a été décisif vingt fois en trente matches de Liga et Copa del Rey.
Mais c’est du côté de Boca Juniors et d’Argentinos Juniors qu’il faudra aussi se tourner pour revenir sur le génie qu’il était très (trop ?) tôt. Sous le maillot xeneize, il a explosé à l’âge de 21 ans en remportant le titre de champion. Une confirmation, déjà, pour celui qui avait été appelé en équipe d’Argentine à 16 ans seulement et avait débuté à 15 ans et 11 mois par un petit pont sur sa première action avec les pros d’Argentinos Juniors. Un club formateur qui l’a vu inscrire 115 buts en 166 rencontres. Tout cela lui a permis d’être sacré meilleur réalisateur du championnat argentin cinq fois de suite. Record inégalé.
Cette grande carrière a été jonchée de frasques sur les terrains et en dehors. Car, à l’inverse de l’autre idole argentine Lionel Messi, Diego Maradona était tout sauf “lisse”. En mars 1991, il a été contrôlé positif à la cocaïne après un match joué avec Naples contre Bari. Suspendu quinze mois, il est rentré en Argentine où il a écopé de 14 mois de prison avec sursis pour possession de drogue lors d’un contrôle de police quelques semaines plus tard. A 34 ans, il a encore été contrôlé positif, à plusieurs types d’éphédrine cette fois-ci, à l’occasion d’un Argentine-Nigeria du Mondial 1994.
Sa dépendance aux drogues a sûrement eu une influence sur son comportement violent au quotidien. Excédé par le marquage du Brésilien Batista, il lui a adressé un coup de pied dans le ventre et pris un rouge qui a tristement terminé son Mondial 1982.
Deux ans plus tard, avec le Barça, il déclenchera une bagarre générale suite à des gestes fous sur Sola et Goikoetxea. En fin de carrière, Maradona ne sera toujours pas calmé. Lassé par des journalistes en février 94, il les menace avec une carabine à air comprimé, ce qui lui vaudra deux ans de prison avec sursis.
Passée aux côtés d’hommes politiques sud-américains parfois controversés (Castro, Morales, Chavez…), sa retraite ne redorera pas son image. Poursuivi par le Fisc italien et les tests de paternité, il passera plus de temps en cure de désintoxication et d’amaigrissement ainsi que sur les plateaux de télévision qu’au bord des terrains où sa carrière d’entraîneur ne sera pas à la hauteur de celle du joueur (moins de deux cents matches au total avec notamment la sélection argentine, Al Wasl ou Gimnasia la Plata).
Avant de devenir un grand joueur, Diego Maradona a suivi un parcours linéaire. Celui de jouer dans les catégories inférieures avant de connaitre le très haut niveau. En junior, il a été marqué par un match entre l’Argentine et l’Algérie.
En 1979, l’Argentine et l’Algérie s’affrontaient pour les quarts de finale de la Coupe du Monde junior à Tokyo. Un fait a marqué à jamais l’ancien joueur de Naples. Sur sa page Facebook et relayé par le site algérien Le Score, Maradona a révélé une anecdote très surprenante concernant ce match.
« On a rejoint les vestiaires avec un score de 4-0 après un but de Caldera et un triplé de Pelado Díaz. En seconde période, El Flaco (surnom donné à l’illustre sélectionneur argentin César Luis Menotti), m’a remplacé par Tucu Meza. Et Juancito Simón a dû quitter le terrain lui aussi, blessé à la cheville. La vérité c’est que j’ai regagné le vestiaire en étant très furieux, j’ai hurlé comme un fou. Mais bon, personne n’aime être remplacé, encore moins moi qui était le capitaine », peut-on lire.
Diego Maradona et ses coéquipiers ont été les bourreaux des jeunes Algériens. Leur aventure s’était arrêtée en quarts de finale face à une bonne équipe de l’Albi Celeste. On connaît la suite…
>> Lire aussi : 

Nadir Dendoune