Maroc/Algérie. Deux orpailleurs sahraouis tués par l’armée algérienne 

 Maroc/Algérie. Deux orpailleurs sahraouis tués par l’armée algérienne 

Mort par asphyxie de deux orpailleurs sahraouis dans un puits de prospection au Sud de l’Algérie, brûlé par l’armée nationale populaire algérienne. Photo : DR

Deux chercheurs d’or sahraouis issus des camps de Tindouf  ont été tués par asphyxie, après que des militaires algériens ont brûlé des puits de prospection au Sud de l’Algérie.

 

Selon les familles des deux victimes, le drame s’est produit, lundi 19 octobre, dans le « camp d’Eddakhla », situé à 200 km des camps de Tindouf. Craignant des poursuites, les deux orpailleurs se seraient cachés dans le puits d’une profondeur d’environ sept mètres dans lequel ils creusaient, leur chauffeur aurait pris la fuite à bord d’un véhicule tout terrain.

Les deux victimes Amha Hamdi Suilim et Alyine Idrissi sont morts par asphyxie, suite à l’incendie provoqué par des militaires algériens qui pourchassaient les chercheurs d’or.

Les deux puits de prospection au Sud de l’Algérie, dans un desquels ont décédé, par asphyxie, deux orpailleurs sahraouis. Photo : DR
Les deux puits de prospection au Sud de l’Algérie, dans un desquels ont décédé, par asphyxie, deux orpailleurs sahraouis. Photo : DR

Colère

Ce drame a suscité la colère et l’indignation au sein des familles des deux victimes. Elles ont dénoncé dans un enregistrement sonore les méthodes barbares de l’armée algérienne contre les réfugiés sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf.

La gâchette rapide

Cet incident grave n’est pas le premier. Le mois de mai dernier, un groupe de six jeunes orpailleurs sahraouis ont été pris pour cible par une unité de l’armée algérienne alors qu’ils prospectaient une zone des environs du camp dit d’Eddakhla situé à 150 kilomètres au Nord-Est de Rabouni.

Trois orpailleurs Mauritaniens avaient été tués par balles auparavant au cours d’une infiltration dans une zone interdite à la recherche de l’or. L’armée algérienne à la gâchette rapide, avait tiré sur leur véhicule, un tout terrain repéré dans une zone désertique qui sert de frontière entre l’Algérie, la Mauritanie et le Mali.

>> Lire aussi : Afrique. Un orpailleur mauritanien lynché par des éléments du polisario

 

 

 

 

Mohamed El Hamraoui