Fichage des auditeurs à Europe1 : la mise en garde de la Cnil

 Fichage des auditeurs à Europe1 : la mise en garde de la Cnil

© Thomas SAMSON / AFP


Cette pratique a duré 15 ans. La Cnil vient d’y mettre fin. Le standard d’Europe1 dotait son fichier auditeurs de commentaires basés notamment sur l'origine.


« Accent juif tunisien, insistant et désagréable »,  « accent du Maghreb, pas toujours claire, bavarde, a besoin de parler de son cancer » ou encore « voix de vieille pédale ».


Ce sont les annotations d’un fichier auditeurs d’Europe1 écrites par les standardistes au moment où ils reçoivent des appels avant une libre-antenne par exemple. Et ce, depuis plus de 15 ans, alors que la loi interdit la conservation de ces données plus de deux ans.


Ces pratiques ont donc été épinglées par la Cnil et révélées, hier, par le site Mediapart.

 


« Dérives inadmissibles »



C’est à l’été 2016 que la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés a dévoilé le contenu de ces commentaires.


Europe 1 a alors eu connaissance de cette mise en garde. D’où le commentaire de Laurent Guimier, le vice-PDG d’Europe1, sur Twitter : « La station de radio avait déjà corrigé ces "dérives inadmissibles", basées sur ces "pratiques honteuses de fichage des auditeurs" ».


En France, pour rappel, la loi interdit le recueil, sans consentement, de données relatives à la santé, aux orientations sexuelles, aux origines raciales ou ethniques ou encore aux appartenances religieuses.

Chloé Juhel

Chloé Juhel