Malte empêche un avion humanitaire de reconnaissance de participer aux secours

 Malte empêche un avion humanitaire de reconnaissance de participer aux secours

Le Moobird à la recherche d’embarcations en détresse au dessus de la Méditerranée. Photo www.alessiomamo.com


Les autorités maltaises ont interdit à un avion de reconnaissance humanitaire de participer aux opérations de secours en mer, rapporte l’organisation Watch The Med–Alarmphone spécialisée dans la signalisation d’embarcations en détresse.


L’appareil, le « Moonbird », opérée par les ONG Sea Watch et Humanitarian Pilots Initiative (HPI), se voit empêcher d’effectuer des vols de recherches dans la zone SAR (Search and rescue) dépendant de La Valette. Cette zone couvre l’essentiel de la Méditerranée centrale au large de la Libye ; là où la majorité des opérations de secours en mer se déroulent ces dernières années.


« Plusieurs embarcations en détresse assistées par Watch The Med-Alarmphone au large de la Libye n’ont pu être repérées et secourues que grâce aux courageux pilotes du Moonbird ». L’organisation humanitaire s’inquiète donc dans un communiqué de l’interdiction édictée par Malte à l’encontre de l’appareil.


« Plus de 1 000 (migrants) se seraient noyés si l’équipage du Moonbird n’avait pas repéré le naufrage de leurs embarcations au dernier moment », affirme l’ONG allemande Sea Watch. « Les responsables politiques doivent être clairs sur la signification de cette interdiction : les personnes sur les embarcations ne sont plus sauvées, mais se noient dans l’indifférence », estime Fabion Zgraggen, fondateur de HPI et pilote du Moonbird.


« Après la criminalisation du secours en mer, c’est au tour des ONG opérant dans les airs d’être harcelées et bloquées par les États membres de l’Union européenne. Leur intention est claire : éloigner les témoins des exactions commises par les autorités européennes et libyennes à l’encontre des personnes en fuite », ajoute Watch The Med-Alarmphone dans sa déclaration rendue publique le 4 juillet.


L’organisation fait référence à la fermeture de tous les ports maltais aux navires d’ONG, au même titre que l’Italie, après avoir laissé accoster et placé sous séquestre le bateau humanitaire allemand Lifeline – le deuxième en quelques jours – à La Valette qui transportait 234 migrants.


Rached Cherif


À lire aussi :


Migration. Deux pilotes français achètent un avion pour repérer et sauver les migrants en mer


Migrations. Accueil des migrants rescapés : le paradoxe français

Mohamed C.