30e édition du festival Africolore

 30e édition du festival Africolore

Sur scène


Jusqu’au 22 décembre, 20 villes franciliennes accueillent des concerts dans des théâtres et des salles de spectacle. Cette année, le festival sera 100% féminin.


Rokia Traoré, Muthoni Drummer Queen, Fatoumata Diawara, Naïny Diabaté, les soeurs Hié, Hasna El Becharia, toutes ces artistes se produisent sur scène dans le cadre du festival Africolore. « Et elles ont décidé de ne pas attendre l’autorisation des hommes pour faire de la musique », précise le site de l’événement, « le féminin l’emportera sur le masculin : c’est écrit, Africolor prend un « e » cette année. Les Mousso (femmes en Bambara) sont plus que jamais l’avenir des musiques africaines ».


Musique gnawa et guitare électrique


Demain soir, par exemple, vendredi 7 décembre, la troupe de chants et musique féminine de la Saoura, Lemma monte sur la scène du Théâtre de l’Agora, à Evry. Au même moment, au nord de la capitale, à La Courneuve, Le bal de l’Afrique Enchantée fera, comme à son habitude, vibrer les murs du centre culturel Jean-Houdremont. Dimanche après-midi, ce sera au tour de Hasna El Becharia, artiste célèbre dans tout le sud algérien, héritière d’une lignée de musiciens gnawas qui joue des standards populaires et des compositions personnelles à la guitare électrique, de se produire à la MJC de Ris-Orangis.


Vitrine de l’Afrique vivante

Le festival existe depuis 1989. Africolor se veut la « vitrine de l’Afrique vivante aujourd’hui », lieu de programmation des musiques africaines qui « apportent quelque chose d’unique à l’Histoire de la musique ».

Chloe Juhel

Chloe Juhel