Maghreb – Quand l’agriculture réconcilie Alger et Rabat

 Maghreb – Quand l’agriculture réconcilie Alger et Rabat

Le ministre marocain de l’Agriculture Aziz Akhannouch (à gauche) accueillant son homologue algérien Rachid Benaïssa à Rabat en avril dernier. Photo Abdelhak Senna / AFP.

Entre l’Algérie et le Maroc, ce n’est pas toujours la guéguerre. Si leurs relations connaissent depuis des années bien des frictions, il arrive aux deux grands voisins, mus par un solide lien de fraternité mais aussi par des intérêts communs, de se rapprocher et de vivre des moments de belle communion.

La 7ème édition du Salon international de l’Agriculture ”Agro Expo” d’Alger qui a commencé le lundi 22 novembre a été une occasion pour les dirigeants et agriculteurs des deux pays d’échanger leurs expériences et de jeter les bases d’un avenir commun où ils seront appelés à faire face à des défis tout aussi communs.

Invité d’honneur, le Maroc, comme pour rendre la pareille à son voisin de l’est, a dépêché une délégation de 150 opérateurs agricoles conduite par le ministre marocain de l’Agriculture et de la Pêche, Aziz Akhannouch.

Mieux, un forum agricole algéro-marocain a été organisé hier mardi en marge de ce salon qui baissera pavillon aujourd’hui. Lors de cette importante rencontre, les opérateurs algériens et marocains ont fait part d’une conviction partagée selon laquelle « la coopération entre les deux pays ne peut qu’être bénéfiques pour les deux parties», rapporte l’agence officielle APS.

« Il faut se rapprocher de plus en plus pour construire une agriculture à la hauteur des deux peuples », préconise le président de la chambre algérienne d’agriculture Mohamed Boudjar.

Les politiques agricoles des deux pays, le PDAR côté algérien et le Plan Maroc Vert côté marocain, ont été présentées en présence des deux ministres algérien et marocain en charge du secteur.

Cerise sur le gâteau, ce forum a été marqué par la signature de trois conventions dans les domaines de l’interprofession, de l’apiculture et de l’organisation des salons spécialisés dans l’agriculture.

Focus sur la sécurité alimentaire

En marge de cette rencontre, les deux ministres algérien et marocain ont mis l’accent sur la nécessité de faire face ensemble au défi de la sécurité alimentaire.

«Nous avons beaucoup d’objectifs communs à atteindre dans le secteur de l’agriculture comme il existe une volonté politique solide chez les deux pays de relever le défi de la sécurité alimentaire. C’est ainsi le début d’un processus qui ira en s’élargissant, un processus qu’on veut voir évoluer et se construire étape par étape et d’une manière solide et durable », explique le ministre algérien Rachid Benaïssa au journal Le Soir d’Algérie.

«D’habitude, nous avons de grandes difficultés à regrouper autant d’opérateurs privés marocains pour la participation aux salons internationaux, mais cette fois-ci et puisqu’il s’agit de l’Algérie, tout le monde a répondu favorablement à l’invitation. Cela démontre on ne peut plus clair la fraternité qui existe entre les deux peuples. Je pense que nous avons le même challenge à relever et la même mission qui consiste à assurer la sécurité alimentaire de 69 millions de citoyens. Il existe une complémentarité dans les produits agricoles des deux pays et les accords signés aujourd’hui entre nos opérateurs seront appelés à être appuyés et valorisés davantage », confie, pour sa part, le ministre marocain Aziz Akhannouch au même journal.

Echange de bonnes intentions

Il faut dire que la coopération algéro-marocaine dans le domaine de l’agriculture n’a pas beaucoup pâti des désaccords entre les deux pays. En avril, le ministre algérien de l’agriculture M. Benaïssa a effectué une visite au royaume chérifien pour signer avec son homologue marocain un Mémorandum d’entente et de coopération dans les domaines de l’agriculture et du développement rural.

Deux mois plus tard, son homologue Aziz Akhannouch se rendra en Algérie pour parapher deux conventions sur la protection sur la protection phytosanitaire et la recherche scientifique.

La particularité de sa présente visite en Algérie est qu’elle intervient au lendemain d’un échange de bons mots entre le roi marocain et le président algérien. Lors de son discours prononcé le 6 novembre à l’occasion du 36ème anniversaire de la Marche verte, Mohamed VI a convié l’Algérie à la construction d’un « Maghreb nouveau ».

Profitant du 56ème anniversaire de l’indépendance du Maroc, le président Bouteflika renvoie l’ascenseur au roi marocain, s’engageant, dans un message, à œuvrer pour « un avenir reposant sur la coopération, la solidarité et le bon voisinage ».

Cet échange de bonnes intentions est-il annonciateur d’une normalisation proche des relations entre les deux Etats voisins ? C’est ce qu’espèrent les autres pays maghrébins, mais également les partenaires occidentaux du Maroc et de l’Algérie.

Yacine Ouchikh

Yacine Ouchikh