Salah Hamouri placé en détention administrative pour six mois

 Salah Hamouri placé en détention administrative pour six mois

Le Franco-Palestinien Salah Hamouri.


On espérait qu'il soit libéré mais l'acharnement continue pour Salah Hamouri. Emprisonné dans une geôle israélienne depuis le 22 août, un tribunal militaire réuni à Jérusalem ce mardi a décidé de placer ce Franco-Palestinien de 32 ans, qui vient d'obtenir son diplôme d'avocat, en détention administrative pour une durée minimale de six mois, renouvelable indéfiniment.  


L'Etat israélien se sert de la détention administrative comme une véritable politique depuis 1948, et y a progressivement eu recours dans tous les territoires palestiniens conquis depuis 1967.


Depuis des dizaines d'années, des milliers de Palestiniens ont été emprisonnés en tant que "détenus administratifs" sans qu'aucun d'entre eux ne soit informé de la raison de son emprisonnement.


Salah Hamouri rejoint les 450 autres détenus administratifs palestiniens dans les geôles de l'occupant israélien. 


Salah Hamouri a déjà passé près de sept ans dans les prisons israéliennes pour un "délit d'intention". Un tribunal militaire, illégal au regard du droit international, l'avait condamné en 2005 le soupçonnant d'avoir voulu assassiner Ovedia Youssef, un rabbin d'extrême droite et d'appartenir au FPLP (Front Populaire de Libération de la Palestine), une organisation jugée terroriste par Israël.


A quelques mois de la fin de sa peine, Alain Juppé, alors ministre des Affaires Etrangères, avait fini par admettre que le dossier d'accusation de Salah Hamouri était vide. 


Depuis sa libération de prison en décembre 2011, les autorités israéliennes s'acharnent sur lui. A plusieurs reprises, il a écopé de plusieurs interdictions de territoire en Cisjordanie occupée.


"Non content de lui avoir volé sept années de sa liberté, de l’avoir harcelé une fois sorti de prison, de l’avoir séparé de sa famille, l’occupant israélien s’acharne" a dénoncé sur sa page Facebook Elsa Lefort, sa femme. "Plus que jamais, nous devons amplifier la mobilisation et interpeler les autorités françaises pour qu’elles obtiennent la libération de notre concitoyen", a demandé Elsa Lefort.


Nadir Dendoune

Nadir Dendoune

Nadir Dendoune