Tunisie. Les indicateurs macroéconomiques restent en berne

 Tunisie. Les indicateurs macroéconomiques restent en berne

Hormis des perspectives a priori réjouissantes pour la haute saison touristique en Tunisie, il n’y a pas de quoi pavaner quant à la santé de l’économie, du moins celle qui impacte réellement le quotidien des Tunisiens.

Ainsi le taux d’inflation a légèrement augmenté en juin 2024, à 7,3%, après avoir enregistré un taux de 7,2% au mois de mai, a indiqué l’Institut national de la statistique (INS) dans une note consacrée à l’indice des prix à la consommation. Pour quelles raison l’inflation repart-elle à la hausse après un léger mieux ces derniers mois ? L’INS explique essentiellement cela par l’accélération du rythme des hausses des prix du panier des produits alimentaires qui ont augmenté de 10,1% en juin 2024, contre 9,7% au mois de mai 2024.

Cependant au chapitre des rares embellies au tableau, le rythme d’augmentation des prix de la catégorie « restaurant, cafés et hôtels » a quant à lui observé une ostensible décélération, enregistrant une augmentation de 9,9% au mois de juin 2024, contre 10,2% au mois de mai 2024.

 

Une hausse préoccupante des produits alimentaires

La microéconomie n’est pas en reste, puisque sur un an, en juin 2024, les prix de l’alimentation aura enregistré une hausse de 10,2%. Cette hausse provient principalement de l’augmentation des prix du café en poudre d’un inquiétant 35%, des viandes ovines de 24,3%, des huiles alimentaires de 22%, des condiments de 16,7% et des prix des viandes bovines de 16%.

Concernant les prix des produits manufacturés, ils ont augmenté de 6,9% en raison de la hausse des prix des produits de l’habillement et chaussures de 9,4% et des produits d’entretien courant du foyer de 8,6%.

S’agissant des services, l’augmentation des prix est de 5,5% sur un an, principalement expliquée par la hausse des prix des services du groupe restaurant, cafés et hôtels de 9,9%.

Le taux d’inflation sous-jacente (hors produits alimentaires et énergie) s’est stabilisé, en juin 2024, à 6,8% par rapport au mois de mai. Les prix des produits libres (non encadrés) ont augmenté de 8,1% sur un an. Les prix des produits encadrés ont augmenté quant à eux de 4,6%.

Les produits alimentaires libres ont connu une hausse de 11,1% contre 3,8% pour les produits alimentaires à prix encadrés.

 

Prix à la consommation toujours plus hauts

Selon la même source, au mois de juin 2024, les prix à la consommation ont augmenté de 0,5%. Cette augmentation est principalement attribuée à la hausse des prix de l’alimentation de 0,4%, des prix du groupe « habillement et chaussures » de 1,7% et du groupe « restaurants et hôtels » de 0,9%, a précisé l’INS.

S’agissant des prix des produits alimentaires, ils ont augmenté de 0,4%, à la suite de la hausse des prix des viandes ovines de 2,5%, des fruits frais de 0,9% et des légumes frais de 0,7%. En revanche, une baisse a été observée au niveau des prix des œufs de 4% et des prix des volailles de 0,6%. Les prix du groupe de l’habillement et chaussure ont augmenté de 1,7%. Ainsi, les prix des articles d’habillement augmentent de 1,9% et les prix des chaussures de 1,5%.

Jouant naturellement un rôle pour ce qui est des prix des produits importés, le taux de change du dinar tunisien s’est déprécié face à l’euro de 1,1% en glissement annuel sur l’ensemble des cinq premiers mois 2024, contre une dépréciation de 2,2% un an auparavant.

En marge de la 7ème réunion en cours des ministres du comité technique spécialisé de l’Union africaine sur la Finance, les affaires monétaires, la planification économique et l’intégration (CTS), la ministre tunisienne de Finances, Sihem Boughdiri Nemsia, a appelé à réformer le système financier mondial de manière à tenir compte des spécificités des pays africains.

Seif Soudani