A Gaza, Nayla Abou Jubbah, première femme chauffeur de taxi 

 A Gaza, Nayla Abou Jubbah, première femme chauffeur de taxi 

Nayla Abou Jubbah au volant de son véhicule taxi, roulant dans la bande de Gaza, le 17 novembre 2020. MAHMUD HAMS / AFP

Les mains vissées sur le volant de sa voiture blanche, Nayla Abou Jubbah, 39 ans, a lancé cette semaine une petite révolution en devenant la première femme chauffeur de taxi de la bande de Gaza.

 

A Gaza, enclave palestinienne de deux millions d’habitants vivant sous blocus israélien depuis 2007, les femmes ont le droit de conduire, mais la profession de chauffeur de taxi reste masculine.

« Un jour je parlais avec une amie qui travaille comme coiffeuse et je lui ai dit “Qu’est-ce que tu dirais si nous lancions un service de taxi pour les femmes ? Elle a répondu que c’était une idée folle », a raconté à l’AFP Nayla Abou Jubbah, diplômée en travail social et maman de cinq enfants.

« Je n’erre pas dans les rues. Je pars de chez moi et je vais cueillir mes clientes, pour les amener par exemple du salon de coiffure à un mariage », détaille-t-elle.

A la mort de son père, Nayla Abou Jubbah a utilisé l’héritage pour s’acheter une voiture. « Je me suis dit un jour qu’il fallait tirer profit de ce véhicule, faire travailler la voiture, d’où le projet d’un service de taxi entièrement pour les femmes, pour qu’elles soient à l’aise », ajoute-t-elle.

Nayla Abou Jubbah espère voir bientôt d’autres taxis pour femmes sur les routes de Gaza. Elle assure vouloir faire croître sa flotte : « Une femme m’a appelée récemment pour me dire qu’elle voulait travailler comme chauffeuse de taxi à mes côtés. Je lui ai dit qu’on se reparlerait mais j’ai déjà le sentiment que le projet va prendre de l’ampleur », conclut la jeune femme.

>> Lire aussi : 

10 femmes de pouvoir qui ont marqué le monde musulman [Partie 1]

10 femmes de pouvoir qui ont marqué le monde musulman [Partie 2]

 

Nadir Dendoune