Cellule terroriste de Tèmara. Le BCIJ découvre de nouvelles preuves

 Cellule terroriste de Tèmara. Le BCIJ découvre de nouvelles preuves

BCIJ – 16 septembre 2020 : Saisie de produits devant servir la cellule de Témara, démantelée, le 10 septembre 2020 à commettre des actes terroristes. Photo : DR

Le Bureau central d’investigation judiciaire continue ses enquêtes concernant la cellule terroriste de Tèmara démantelée jeudi 10 septembre. Le BCIJ a  récolté de nouvelles preuves, mercredi 16 septembre, en perquisionnant le parking de l’immeuble où réside la sœur du principal suspect.

 

La fouille d’un véhicule a permis de saisir 6 bouteilles en verre contenant des liquides explosifs, un coutelas et 2 récipients contenant des restes et traces de produits chimiques suspects qui seront soumis aux expertises techniques.

Le véhicule, frigorifique, a été localisé suite à l’enquête préliminaire, notamment les déclarations de l’épouse du suspect principal à Tèmara. Celle-ci a indiqué à la police judiciaire l’endroit du véhicule et a assisté à la perquisition ayant permis sa saisie. La police a devérouillé le véhicule suivant les procédures en vigueur.

>> Lire aussi : Maroc. Opération antiterroriste de grande envergure dans plusieurs villes

 

Saisies

Le Bureau central d’investigation judiciaire avait démantelé, jeudi 10 septembre, une cellule terroriste  affiliée à l’organisation dite Etat islamique. Les opérations de ratissage menées dans des locaux et appartements exploités par les mis en cause comme lieux sécurisés et base-arrière de soutien logistique ont permis de saisir :

  • 3 ceintures explosives contenant des tubes pour charger des objets explosifs,
  • 15 bouteilles contenant des matières chimiques suspectes,
  • 2 détonateurs électriques,
  • du matériel électronique,
  • des poudres chimiques
  • des câbles électriques,
  • 3 cagoules,
  • 2 paires de jumelles,
  • du matériel électronique et électrique de soudure,
  • une caméra numérique sophistiquée,
  • 2 bombes lacrymogènes,
  • un grand lot d’armes blanches de différentes tailles,
  • des petites bonbonnes à gaz,
  • 2 cocottes-minutes chargées de clous et de câbles et une autre contenant un liquide chimique suspect,
  • des sacs en plastiques contenant des écrous en fer et des substances suspectes,
  • 5 batteries et 25 torches.

Le BCIJ avait  indiqué aussi que les perquisitions ont permis de saisir :

  • une maquette en carton portant le signe de Daesh,
  • 3 gilets explosifs en cours de préparation,
  • plusieurs tuyaux en plastique entrant dans la fabrication et la préparation de ceintures explosives,
  • outre environ 3 kg de nitrate d’ammonium qui ont été mis, avec les autres substances chimiques saisies, à la disposition de l’expertise technique qui sera menée par le laboratoire de la police scientifique et technique.

Attentats suicides

Les recherches ont révélé que le chef de cette cellule avait planifié, avec ses complices, de mener des opérations terroristes visant plusieurs installations et sites sensibles, en utilisant des engins et des ceintures explosifs.

L’enquête a également révélé que tous les suspects, qui ont atteint des stades avancés de planification et de préparation de leurs projets terroristes. Ils avaient effectué des missions de reconnaissance afin d’identifier leurs cibles qu’ils projetaient d’attaquer par des attentats suicides en utilisant des gilets explosifs au service de l’agenda de Daech.

 

 

 

Mohamed El Hamraoui