L’école est finie ?

 L’école est finie ?

crédit photo : Cadalpe/Image Source/AFP


“L’école républicaine, c’est fini. Ils vont tous dans le privé !” C’est la mort dans l’âme que cette professeure dans le public, fille et petite-fille d’instituteurs fait ce constat. A l’aune du XXIe siècle et du tout numérique, l’acquisition de connaissances est révolutionnée. Du coup, on est prêt à tout (nouvelles méthodes d’apprentissage, école confessionnelle, école privée, etc.), et souvent en “taclant” fort le système public jugé moribond.


Aussi, remettons les pendules à l’heure. Contrairement à bon nombre de pays occidentaux, notre école est gratuite, laïque et surtout obligatoire jusqu’à 16 ans. La France possède toujours un système éducatif de haut niveau (stable sur les sciences et en progression sur la compréhension de l’écrit). On peut s’en féliciter. Ce qui cloche avec le “Mammouth” – comme l’appelait l’ancien ministre, Claude Allègre –, c’est qu’il laisse certaines de ses ouailles au bord du chemin. Et ces oubliés sont généralement issus des catégories sociales défavorisées. Un élève pauvre sur six décroche au collège. Et le système est encore plus discri­minant pour les enfants issus de l’immigration. Et pourtant, des solutions existent. Le collège Jean-Renoir à Bourges en est une belle illustration.


 


“Doit mieux faire !”


François Hollande avait promis de mettre des moyens. Emmanuel Macron, lui, entend “exploser” le modèle français et son nouveau ministre, Jean-Michel Blanquer, souhaite en faire l’étendard d’un modèle néolibéral (bilans personnalisés, stages de remises à niveau, réforme du bac, etc.). Une école articulée autour de l’autorité, l’autonomie, les fondamentaux et la hiérarchisation, avec une forte mobilisation des chefs d’établissements. Un système qui risque fort d’entraîner un tri encore plus prématuré des élèves.


L’école républicaine est pointée du doigt, souvent à tort, parfois à raison. Une mise au point est nécessaire sur les rythmes scolaires, la théorie du genre ou sur la supposée meilleure qualité du privé. Un secteur qui attire de plus en plus d’élèves, notamment avec la multiplication des établissements musulmans. Plus de 80 écoles ont vu le jour depuis 2001 – à Lille ou à Décines, près de Lyon (avec des résultats avoisinants les 100 % de réussite au bac) –, mais elles sont confrontées à d’importantes difficultés ­financières faute de subventions publiques (seuls 5 % d’entre eux en bénéficient, contre 90 % des établissements catholiques ou juifs).


Il serait bon de s’inspirer de l’exemple finlandais où le système de notation n’existe quasiment plus. Avec un budget quasi identique à celui de la France (5,7 % du PIB), la Finlande a réussi là où nous calons, c’est-à-dire à mettre l’élève au cœur d’un jeu de connaissances. Pour Idriss Aberkane, le célèbre professeur de neurosciences, il nous faut piocher, collaborer et ­devenir plus autonome pour réussir notre parcours scolaire.


L’éducation publique est souvent vue comme une entité qui a du mal à reconnaître les particularismes. C’est vrai en ce qui concerne la prise en charge des enfants souffrant de troubles de l’apprentissage (entre 8 et 10 % des élèves). Ça l’est aussi lorsqu’il s’agit de combattre la violence à l’école (1 enfant sur 10 est victime de harcèlement). Enfin, que dire à ces générations qui vivront dorénavant avec le terrorisme au quotidien ?


L’école publique est le fondement de notre société républicaine. Il dépend de nous de la réformer et de corriger ici et là, les affres de notre société moderne devenue plus individualiste et moins égalitaire.


L’école est finie ? Nous pensons plutôt qu’elle “doit mieux faire”.


 


LA SUITE DU DOSSIER : L'ECOLE EST FINIE ?


Derrière la mauvaise réputation, la réalité sociale. 5 idées reçues sur l’école


Education, demandez le programme


Le décrochage scolaire n’est pas une fatalité


Idriss Aberkane : « Il faut pirater l’Education Nationale »


L’éducation à l’éthique musulmane


A l’école, la parole après la terreur


Harcèlement, l’art comme planche de salut


« Dys » sur 10 contre l’échec scolaire


MAGAZINE SEPTEMBRE 2017

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).