Il y a 29 ans, Malik Oussekine …

 Il y a 29 ans, Malik Oussekine …

Plaque commémorative sur le trottoir de la rue Monsieur-le-Prince


 


Le 29 juin dernier, quand Charles Pasqua passa l'arme à gauche, on n'a pas pu s'empêcher de penser à Malik Oussekine. A la mort de ce jeune étudiant de 22 ans, matraqué à mort par deux "voltigeurs motoportés". Charles Pasqua était alors ministre de l'Intérieur, et beaucoup auraient aimé voir le premier flic de France poursuivi devant la justice. Il n'en sera jamais rien.  


 


Il y a 29 ans, dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986 à Paris, en plein conflit entre le  gouvernement et les étudiants, Malik Oussekine, était tabassé à mort dans le hall d'un immeuble parisien, au 20, rue Monsieur-le-Prince, où il s'était refugié.


Etudiant à l'école supérieure des professions immobilières (ESPI), Malik Oussekine était d'une santé fragile à cause de déficiences rénales, devant être dialysé trois fois par semaine. Au lendemain de sa mort,  Robert Pandraud, ministre délégué à la Sécurité, dira sans aucune honte: "Si j'avais un fils sous dialyse, je l'empêcherais d'aller faire le con la nuit".


De santé fragile donc, Malik Oussekine préférait donc se tenir un peu à l'écart de tous les rassemblements étudiants. Mais cette fois-ci, selon certains de ses amis, le jeune Oussekine avait voulu se rendre à la manif. Les étudiants demandaient alors le retrait du projet de loi Devaquet, du nom du ministre délégué à l'Enseignement supérieur, qui instaurait une sélection à l'entrée de l'université.


Seul témoin du drame, Paul Bayzelon, fonctionnaire au ministère des Finances, habitant l'immeuble du 20 rue Monsieur-le-Prince, raconte la nuit du drame. « Je rentrais chez moi. Au moment de refermer la porte après avoir composé le code, je vois le visage affolé d'un jeune homme. Je le fais passer et je veux refermer la porte ». « Deux policiers s'engouffrent dans le hall, ajoute-t-il. Ils se précipitent sur le type réfugié au fond et le frappent avec une violence incroyable. Il est tombé, ils ont continué à frapper à coups de matraque et de pieds dans le ventre et dans le dos. La victime se contentait de crier: "je n'ai rien fait, je n'ai rien fait" ».


Paul Bayzelon a dit avoir voulu s'interposer mais s'être fait lui aussi matraquer jusqu'au moment où il a sorti sa carte de fonctionnaire. Les policiers, présents dans le quartier pour disperser la manifestation, sont alors partis mais Malik Oussekine était mort.


Le lendemain, Alain Devaquet, l'auteur du projet de loi, présentait sa démission. Les étudiants défilaient en silence portant des pancartes "Ils ont tué Malik". Le lundi 8 décembre, après de nouvelles manifestations, le Premier ministre Jacques Chirac annonçait le retrait du texte.


Les deux voltigeurs, responsables de la mort de Malik Oussekine, le brigadier Jean Schmitt, 53 ans à l'époque des faits, et le gardien Christophe Garcia, 26 ans, ne feront pas un jour de prison. En 1989, ils sont traduits devant la cour d'assises de Paris pour "coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Ils seront condamnés en janvier 1990 à une peine ridicule de 5 ans et 2 ans de prison avec sursis


 


Nadir Dendoune

Nadir Dendoune

Nadir Dendoune