Une rentrée mouvementée au lycée Jean Rostand (93)

 Une rentrée mouvementée au lycée Jean Rostand (93)

Education-France. Manifestation le 7 septembre 2017 devant le bureau régional de Paris pour dénoncer l’insuffisance des moyens. JULIEN MATTIA / AFP


Une nouvelle fois la rentrée scolaire en Seine-Saint-Denis est loin de se dérouler idéalement dans certains établissements. A peine une semaine après la rentrée, le lycée Jean Rostand (Villepinte) était déjà en grève. La cause principale est un effectif insuffisant, surtout au regard de l'évolution démographique ces dernières années. Problématique dans un lycée pourtant labellisé « politique de la ville »…


La sécurité en question


Mercredi, le personnel du lycée Jean Rostand s'est donc mis en grève. Malgré le peu d'effectif le lycée a été ouvert : « Mercredi, les trois CPE étaient en grève, quasiment tous les surveillants étaient en grève. Un seul surveillant dans l'établissement, et le lycée a quand même été ouvert… Rien qu'en terme de sécurité, c'est complètement délirant » explique Anaïs Flores, professeur d'histoire-géographie au lycée. Mercredi (13 septembre), avec d'autres lycées du 93, des membres du personnel enseignant et des syndicats ont été reçus au rectorat par des administratifs « qui en rendront compte à la rectrice ».  Reste à savoir quand cette dernière reviendra vers eux.


Pas d'ajustements


Avec 300 élèves en plus au lycée Jean Rostand, les besoins se font sentir. Cependant le personnel du lycée déplore moins d'assistants d'éducation et de surveillants qu'auparavant : « les personnels ont été précarisés. Ce ne sont plus simplement des assistants d'éducation mais des contrats uniques d'insertion, des contrats aidés. Et le problème c'est que nous avions deux contrats aidés CUI qui ont trouvé du boulot donc très bien pour eux. Sauf qu'ils ont démissionné et personne n'est réembauché sur ces postes, parce que les contrats aidés vont disparaître… » selon Anaïs Flores. Les décisions du nouveau gouvernement se font ressentir.


Problèmes à tous les niveaux


Hormis les manques à la vie scolaire, ce sont les conditions dans lesquelles étudient les lycéens, et notamment l'état de l'établissement, qui pourrait poser problème. Selon l'enseignante du lycée, à l'arrivée de Valérie Pécresse à la tête de la Région Île-de-France, il y a deux ans, 600 CUI on été supprimés. Parmi 6 agents de ménages de Jean Rostand : « Il y a deux ans nous avons fait deux semaines de grève pour ça. Donc les six agents sont devenus contractuels mais ont quitté le lycée. Nous avons obtenu la création d'un poste d'agent d'entretien… Ça ne compense pas du tout ».


La rentrée du lycée Jean Rostand, comme de nombreux autres lycées du département, est loin de se dérouler dans les meilleures conditions. Un nouveau rassemblement est prévu par l'intersyndicale devant le rectorat mercredi prochain, afin d'obtenir des réponses. Une nouvelle fois, ce sont les enfants qui pâtiront du manque de moyens pour l'éducation en Seine-Saint-Denis…


CH. Célinain

Charly Celinain

Charly Celinain