La chanson poignante de Louis Chedid à ceux qui sont partis seuls

 La chanson poignante de Louis Chedid à ceux qui sont partis seuls

“Très choquantes”, “loi inhumaine”, Louis Chedid ne décolère pas et dénonce avec vigueur les mesures qui ont empêché des milliers de familles à faire leurs adieux à leurs proches, morts seuls à l’hôpital des suites du Covid. Le chanteur français d’origine libanaise et égyptienne décide alors d’écrire “Tenir ta main”, en hommage aux familles endeuillées. Une chanson poignante, qui raconte la souffrance des familles des 100.000 victimes du Covid en France. Tenir ta main est aussi le nom du collectif qui a été crée pour obtenir l’inscription dans la loi d’un droit de visite aux patients dans tous les établissements de santé, à tout moment de l’hospitalisation et quelles que soient les circonstances sanitaires. Dans son single, Louis Chedid apporte un soutien direct à la comédienne Stéphanie Bataille, présidente de cette association, qui n’a jamais pu voir son père alors qu’il rendait son dernier souffle. Nous retranscrivons pour vous les paroles de cette chanson émouvante, et apportons, par la même occasion, notre total soutien aux familles qui ont été empêchées de faire leur deuil.

“Elle voulait voir son père, mais l’autorité lui a dit pas question, défense d’entrer. Ça fait des jours qui la réclame, à corps et à cris. Coup de fil de l’hôpital, il est parti. Même pas le droit de leur tenir la main, avant qu’ils s’en aillent. Quelques mots, pour leur faire du bien. Comme si c’était mal. Même pas le droit, à un dernier regard, leur dire au revoir. Leur tenir la main. Dans vos officines, politiques, bureaucrates, y inviter des lois assassines, imposer vos dictats. Si un jour vous tombez, au champ de bataille, est-ce que vous apprécierez ce silence abyssal ? Même pas le droit de leur tenir la main, avant qu’ils s’en aillent. Quelques mots, pour leur faire du bien. Comme si c’était mal. Même pas le droit, à un dernier regard, leur dire au revoir. Leur tenir la main. Leur tenir la main.”

>> Lire aussi : Un éventuel drame dans les EHPAD

Malika El Kettani