La France bat son record de détenus avec 72 809 personnes en prison

 La France bat son record de détenus avec 72 809 personnes en prison

STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le nombre de détenus en France a atteint son plus haut historique au mois de novembre. Avec 72 809 personnes derrière les barreaux, la population carcérale dépasse le précédent record atteint mi-mars 2020, selon les données statistiques du ministère de la Justice.

Ils sont toujours plus nombreux et ont de moins en moins d’espace. En France, le nombre de détenus dans les prisons a atteint son plus haut historique au mois de novembre. Les établissements pénitentiaires français comptaient au 1er novembre 72 809 détenus pour 60 698 places opérationnelles. Soit un taux d’occupation de 120 %, contre 115,4 % il y a un an.

Il y a ainsi 1,11 prisonnier pour 1000 habitants en France. Un taux comparable à la Grèce ou au Portugal. Mais très loin des bons élèves européens : l’Islande (0,33), Norvège (0,49) et Finlande (0,53).

Lire aussi >> Prisons : surpopulation, Covid, la contrôleure générale alerte le gouvernement

Le précédent record (72 575 détenus) avait été enregistré en mars 2020, à la veille du premier confinement de la pandémie de Covid-19 qui avait fait baisser le nombre de prisonniers. Les statistiques étaient remontées régulièrement depuis, jusqu’à frôler ce plus haut historique le mois dernier.

 

Plus d’un quart en attente de jugement

Sur une année, on dénombre 2 997 prisonniers en plus, soit une hausse de 4,3 %. Selon les chiffres officiels du ministère, 15 469 détenus sont actuellement en surnombre par rapport aux places disponibles dans les établissements pénitentiaires (contre 13 170 il y a un an). En raison de cette surpopulation, 2 225 sont contraints de dormir sur des matelas posés à même le sol.

Lire aussi >> Prison : un rapport pointe l’accès aux soins compliqué pour les détenus

Selon ces statistiques, 3,5 % des personnes incarcérées sont des femmes et 0,8 %, des mineurs. Plus du quart des détenus (26,9 %) sont des prévenus, c’est-à-dire des personnes en attente de jugement. Ils sont donc présumés innocents. La densité carcérale dans les maisons d’arrêt, où sont incarcérés ces prévenus et les condamnés à de courtes peines, grimpe à 142,8 %.

Mohamed C.