Les Marocains du Monde mis au banc pour les prochaines élections

 Les Marocains du Monde mis au banc pour les prochaines élections

Pour les prochaines élections législatives au Maroc prévues avant la fin de cette année, les Marocains du Monde (MDM), ne seront pas de la partie. Ils sont environ 5 millions de citoyens, soit 12% de la population marocaine. Contrairement à ce qui était attendu, les projets de lois électorales préparés par le Ministère de l’Intérieur et soumis à l’approbation des deux Chambre du Parlement, ne prévoient pas la représentation politique des MDM. 

Les partis politiques, toutes sensibilités confondues, demandent la mise en oeuvre de l’article 17 de la Constitution qui autorise les MDM à participer aux élections en tant qu’électeurs que candidats. C’est un sujet récurrent à l’occasion de chaque processus électoral local, régional ou national. L’argument avancé par le Ministère de l’Intérieur réside dans la complexité technique et logistique pour organiser une telle participation, amplifiée par la dispersion de la communauté de la diaspora marocaine dans les cinq continents. 

Une représentativité insuffisante

L’expérience vécue en 1984 n’a pas été concluante. Les MDM étaient représentés à l’hémicycle par 5 députés. Très vite, cette représentativité était largement insuffisante face au nombre des Marocains du Monde et l’étendue géographique des circonscriptions. Pour faire face à cette complexité, les partis politiques proposent des schémas de solutions différents. Le Parti Justice et Développement, à la tête de la majorité actuelle, défend l’idée d’instituer le vote dans le pays de résidence et d’instaurer une liste nationale pour les MDM comme c’est le cas pour les femmes et les jeunes. Pour le PAM, l’Istiqlal et le PPS, partis de l’opposition, ils suggèrent une représentativité à travers les listes régionales. 

>> Lire aussi : Marocains du monde: Près d’un million de MRE ont gagné le Maroc

La société civile se mobilise

La société civile s’invite aussi dans le débat. Le mouvement « Maan » appelle à l’intégration de la participation des Marocains du Monde dans le projet de loi électorale. Selon ce mouvement, les MDM représentent 6 millions de citoyens, dont 60% vivent en Europe et dont la contribution à l’économie marocaine demeure significative : leurs transferts financiers représentent 5% du PIB marocain. « Maan » propose que 10% des sièges alloués aux circonscriptions locales, soit 30 sièges pour les MDM et de leur créer deux circonscriptions, une pour l’Europe et une autre pour les autres continents, avec 20 sièges pour l’Europe. 

Le mouvement demande l’annulation des votes par procuration et d’ouvrir les ambassades et les consulats pour accueillir les Marocains du Monde votants, tout en n’excluant pas le vote électronique pour cette catégorie d’électeurs. 

>> Voir aussi : Ahmed Chami : « Il faut faciliter les échanges entre le Maroc et la diaspora marocaine »

Malika El Kettani