#7 : Le slameur Hocine Ben raconte

 #7 : Le slameur Hocine Ben raconte

Le slameur français Hocine Ben. Photo : C. Millerand


Le slameur Hocine Ben, 48 ans, a grandi à Aubervilliers dans le 93. Acteur à ses heures perdues, il écrit des textes depuis 20 ans. Celui-ci publié sur sa page Facebook ce mardi 24 mars mérite d'être lu…


 


Confinement Vôtre


 


En confinement moi je m’occupe


Emploi du temps comme à l’école 


Dans ma réserve j’ai le plein d’alcool


Et je n’crains plus la brigade des stups…


 


J’gratte la mayo qui est dans le fond du tube


J’mate des Tutos trouvés sur Youtube


Et là-dedans y’a un mec qui dit


Qu’on va tous clamser un vendredi


 


Ça pue l’complot le mec l’avait prédit


Surement un truc avec les Kennedy


Alors je flippe et j’éteints l’ordi


On a l’temps pour crever on est seulement lundi…


 


Je passe de la plume au plumard


J’rationne mon shit comme s’il était caviar


J’économise comme un vrai crevard


J’ai deux olives que je mangerais plus tard 


 


J’ouvre mon placard pour mater ma réserve 


Je rêve d’un couscous je n’ai que des conserves


En confinement même si le temps est long 


Je ne trouve pas 3 min pour foutre un pantalon


 


L’odeur de friture qui vient d’chez mon voisin


Me donne envie de revoir Shining


Jack Nicholson ressemble à mon cousin


Qui est Algérois et qui vend des sardines 


 


Je perds le fil j’ai les idées troubles 


Je mate mon chat et j’le vois en double 


Lui qui n’veut pas partager ses croquettes


Comme Mr Chaplin des fois j’le vois en Steak 


 


J’essaye tout seul un pti’ Monopoly


Je chiale comme un con sur la place Clichy


Je triche aux dés pourtant y’a pas d’raison


De nouveau confiné mais sur la case « Prison »


 


Vivement que passe ce foutu confinement


Je me lave moins depuis que je suis seul


Vivement qu’on retrouve le bon vieux temps d’avant 


Où l’être humain ne pensait qu’à sa gueule


 


J’pense aux projets que j’n’ai pas réalisé


J’aimerais repeindre ces murs en joli bleue


J’ai tellement de temps j’sais pas l’utiliser


Faut que je pense surtout à re-pécho d’la Beuh’


 


C’est décidé ce matin je sors 


J’ai ma dérogation sous ma tenue Dark-Vador


Au pied de l’immeuble même si ce matin ça caille


Pour respirer à crédit je n’ai pas signé de bail


 


Je vois des mômes je leur jette des pierres 


Comme aux pigeons pour qu’ils s’éparpillent


Mais les pigeons du 9.3 ça vous contredit 


Ça vous rend les pierres en criant « Nique Ta Mère ! »


 


Je fais demi-tour mais dans mon hall d’entrée 


Le connard du 5 me fait signe d’entrer 


Je lui rends signe de croix moi je crois aux vampires


Ils sentent la friture alors je les sens venir


Il se croit sympa me retenant l’ascenseur


J’lui crie : « Va te faire Confiner ! » suivi d’un bras d’honneur…


 


En temps de guerre faut pas se tromper de tranchée


Pour vivre vieux vivons retranchés


Dans mon château j’ai de quoi tenir un siège  


J’allume mon bédot comme on allume un cierge


 


En confinement faut bien faire attention


C’est sûr ça va être sport


Faut bien faire gaffe aux dates de péremptions 


Et j’mate en plus qu’il n’y ait pas d’porcs…


 


J’aimerais finir d’écrire ce texte avant demain


Mais sitôt finie une phrase


Je dois me relaver les mains…


 


Hocine Ben. 24/03/2020


>> Lire aussi : 


Parole de confinés #1 : Les consulats marocains sur le pied de guerre


Parole de confinés #2 : Bloquée au Maroc, une étudiante en médecine raconte


Parole de confinés #3 : La restauration à bout de souffle


Parole de confinés #4 : Messaouda, 84 ans : "Vendredi, j'ai rajouté une prière"


Parole de confinés #5 : Mokhtar : « Le handicap m’a appris à m’adapter à mon environnement »


Parole de confinés #6 : Claude, toxicomane depuis 30 ans : « J’ai peur de ne pas tenir »

Nadir Dendoune

Nadir Dendoune