Tunisie : retour à la normale dans la délivrance des visas par la France

 Tunisie : retour à la normale dans la délivrance des visas par la France

Gérald Darmanin annonce la normalisation de la délivrance de visas aux Tunisiens après un an de limitation.

Dans un communiqué conjoint, les gouvernements français et tunisiens ont annoncé une normalisation de la délivrance des visas pour les Tunisiens souhaitant voyager en France. Fin 2021, Paris avait en effet réduit d’un tiers le nombre de visas pour les trois pays du Maghreb.

Mercredi 31 aout, la cheffe du gouvernement tunisien Najla Bouden et le ministre de l’Intérieur français Gérald Darmanin ont échangé par téléphone. Un appel auquel assistait également le ministre tunisien l’Intérieur, M. Taoufik Charfeddine.

« Dans le prolongement de la visite en France » de Mme Bouden, les ministres ont « fait le point sur la coopération en matière migratoire et de mobilité », indique le communiqué. M. Darmanin a profité de l’occasion pour annoncer un retour à la normale des délivrances de visas aux Tunisiens. La normalisation par la France a un « effet immédiat », insiste le ministre.

 

« Effet immédiat »

En septembre 2021, Paris avait unilatéralement décidé de réduire le nombre de visas pour les Maghrébins. Les autorités françaises entendaient ainsi sévir contre ce qu’elles considéraient comme un manque de coopération pour les expulsions de personnes en situation irrégulière. De nombreux Tunisiens se sont plaint ces derniers mois de délais anormalement longs de traitement des demandes de visa. Beaucoup ont également exprimé leur surprise et leur colère contre des refus jugés injustifiés.

Lire aussi >> France : durcissement de l’obtention de visas pour les Algériens, Marocains et Tunisiens

La normalisation est donc une sorte de bon point accordé à la Tunisie. Le communiqué se félicite d’ailleurs « de la bonne dynamique en cours » en matière de coopération sur la migration. Les ministres se sont donné rendez-vous en fin d’année pour « refaire une évaluation conjointe de la coopération sur l’ensemble des questions d’intérêt commun ».

Rached Cherif