Bagnolet – Station Gallieni : Des militants antiracistes veulent la rebaptiser

 Bagnolet – Station Gallieni : Des militants antiracistes veulent la rebaptiser

Des militants de Bagnolet (93) veulent rebaptiser la Station Gallieni pour lui donner le nom de Josette et Maurice Audin. Crédit photo : DR

Alors qu’à travers le monde, des statues érigées à la gloire de personnages de premier plan dans l’histoire du colonialisme et de l’esclavagisme sont déboulonnées, des militants antiracistes de Bagnolet (93) se sont donné rendez-vous ce mercredi à 18h à l’extérieur du métro Gallieni. Objectif : rebaptiser symboliquement cette station en recouvrant le nom de cet ancien militaire, ardent défenseur du colonialisme, par une banderole adhésive où seront inscrits les noms de Josette et Maurice Audin, combattant de l’indépendance algérienne.  

>> Lire aussi : Le racisme, pensées et actes

Joseph Galliéni est né en 1849 à Saint-Béat (Haute-Garonne). Militaire de haut rang, convaincu de la « mission civilisatrice » de la république française, il va appliquer sa doctrine coloniale à Madagascar dont il est nommé gouverneur général en 1896. Joseph Galliéni instaure dès son arrivée sur l’Ile le travail forcé et réprime la résistance malgache à l’occupation française avec une brutalité inouïe. En 8 ans, 500 000 Malgaches sont tués, sur une population de 3 millions.

« Nous choisirons les héros que nous voulons honorer… »

« Le colonialisme est un crime contre l’humanité ; il est temps qu’il soit reconnu comme tel. Nous refusons que soient célébrés encore de nos jours le massacre, la destruction, l’oppression, la déshumanisation et la possession de peuples entiers », insiste Kamel Brahmi, l’un des initiateurs de cette action. « Nous choisirons, à l’avenir, les héros que nous voulons honorer. Ils incarneront la justice, la paix, l’humanité, la fraternité », continue Kamel Brahmi.

Vérité et justice pour Maurice Audin

Militant communiste, combattant de l’indépendance algérienne, Maurice Audin fut enlevé par l’armée française à Alger, le 11 juin 1957, avant d’être torturé et assassiné. Ses tortionnaires firent disparaître son corps, comme ils firent disparaître les dépouilles de milliers d’Algériens qui succombèrent entre leurs mains. Il avait 25 ans.

Sans trêve, jusqu’à son dernier souffle, son épouse, Josette Audin, qui vécut de longues années à Bagnolet, exigea la vérité et la justice pour ce mort sans sépulture. L’Etat français a fini par reconnaître, il y a deux ans, sa responsabilité dans l’assassinat de Maurice Audin.

Vers un horizon politique post-colonial

« Après cette reconnaissance il faut désormais célébrer la mémoire de ces deux héros de la justice et de la paix pour ouvrir un horizon politique postcolonial, capable de réinventer une société débarrassée des discriminations et du racisme », martèle Kamel Brahmi.

« Notre action sera l’occasion de réitérer nos demandes auprès des autorités publiques et du maire de Bagnolet, de débaptiser cette station pour lui donner le nom de Josette et Maurice Audin, deux militants anticoloniaux combattant.e.s de l’indépendance algérienne », conclut déterminé Kamel Brahmi.

>> Lire aussi :

Un guide recense 200 noms de rues parisiennes rendant hommage à la colonisation

Société. Mort de Josette Audin, la femme de Maurice Audin torturé en Algérie

Bagnolet- Un élu veut rebaptiser le métro Gallieni en Josette

 

Nadir Dendoune

Nadir Dendoune