Darmanin au Maroc : sort des migrants, imams en France, etc

 Darmanin au Maroc : sort des migrants, imams en France, etc

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin Photo de JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP via Getty Images

Pour son premier déplacement hors de l’Union européenne, Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur, s’est rendu au Maroc, à Rabat, le 15 et 16 octobre dernier, pour s’entretenir avec son homologue sur plusieurs points. 

À l’issue de sa rencontre avec son homologue marocain, Abdelouafi Laftit, Gérald Darmanin a a déclaré que « la coopération et le partenariat entre le Maroc et la France, deux pays plus qu’amis est nécessaire ». Il a rappelé à la presse qu’il s’agit de son premier déplacement hors Union européenne et qu’il a traité avec son homologue différents sujets : la sécurité nationale, la lutte contre le terrorisme, la migration et les moyens à mettre en oeuvre pour améliorer le travail commun engagé par les deux pays. Il a aussi saisi l’occasion pour remercier le gouvernement marocain pour ses efforts en matière de lutte contre le trafic de drogue, et il a déclaré que de son côté, la France fait tout pour protéger le Maroc des trafics qui partent de l’Europe à destination du Maroc. 

Immigration clandestine

Concernant l’immigration clandestine, Darmanin a évoqué le sujet des mineurs isolés, leur identification et leur suivi : « Lorsque les migrants sont majeurs, nous avons convenu qu’il était normal de continuer, malgré la crise de la Covid, à ce qu’ils reviennent au Maroc, et lorsqu’ils sont mineurs, de continuer à les protéger et pouvoir les ramener quand on le peut, auprès de leurs familles au Maroc ou dans des centres éducatifs marocains ».

Il faut savoir qu’aucun pays européen n’a mis en place des procédures juridiques et techniques pour le retour des mineurs, lesquels sont protégés par plusieurs textes, notamment la Convention internationale des droits de l’enfant.

Organisation du culte musulman

Gérald Darmanin devait aussi rencontrer le ministre marocain des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Taoufiq, pour échanger avec lui sur la question de l’organisation du culte musulman en France et du recrutement des imams. Ces sujets font partie du projet de loi, initié par le président Macron, et qui vise à contrer le « séparatisme islamiste ». À ce sujet, Darmanin a déclaré : « J’aurais l’occasion d’évoquer à M.Taoufiq ces sujets et de voir comment nous pouvons améliorer les choses et comprendre les contraintes de toutes les parties ». 

Le ministre français a également eu un entretien avec Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger. Cet entretien a porté sur les différents volets de la coopération entre les deux pays. 

Culture

La veille de ces rencontres, Darmanin a effectué une visite au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain en compagnie de Mehdi Qotbi, Président de la Fondation Nationale des Musées. À cette occasion, Darmanin a salué « le grand effort mené par Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour promouvoir la culture et l’ouverture culturelle ». 

Suite à l’attentat terroriste qui a secoué la France le vendredi 16 octobre, où un professeur d’histoire-géographie a été décapité dans les Yvelines, Gérald Darmanin a dû rentrer en urgence le soir même à Paris. 

>> Lire aussi : Hommage à Samuel Paty : émotion et résilience à Nantes

>> Lire aussi : En Tunisie, un député justifie la décapitation de l’enseignant des Yvelines

Malika El Kettani