Démission de Moncef Slaoui, chef de l’opération américaine de vaccination

 Démission de Moncef Slaoui, chef de l’opération américaine de vaccination

À la demande de la future administration Biden, le chercheur maroco-américain Dr. Moncef Slaoui, conseiller en chef de l’opération américaine de vaccination, a démissionné mardi 12 janvier.

Moncef Slaoui, conseiller en chef du programme américain de vaccination, “Warp Speed”, a démissionné de son poste visant à la production d’un vaccin anti-Covid19. Le chercheur, disposant  sera toutefois disponible pour la nouvelle administration de Joe Biden en tant que consultant pendant environ quatre semaines, a déclaré mardi un responsable de la transition de Biden à Reuters.

Moncef Slaoui avait été nommé par le président sortant Donald Trump, en vue de faciliter et accélérer le développement et la production anti-Covid dans le cadre de l’opération Warp Speed.

>> Lire aussi : Moncef Slaoui nommé par Trump pour développer un vaccin contre le Covid-19

Pour l’heure, aucun remplaçant n’a été désigné et on ne sait toujours pas si le poste attribué à Moncef Slaoui sera maintenu. Selon le média américain CNBC, le chercheur, qui jouait un rôle clé dans cette opération, envisageait déjà de présenter sa démission lorsque deux vaccins, dont celui de Moderna, ont reçu une autorisation d’entrée sur le marché américain.

La semaine dernière, Moncef Slaoui affirmait vouloir  “permettre à l’opération de se poursuivre de la manière dont elle s’est poursuivie durant la période de transition” entre les administrations Trump et Biden. Le responsable de “Warp Speed” avait toutefois souligné que sa valeur ajoutée au projet “devenait limitée” au fil du temps.

>> Lire aussi : Vaccin anti-Covid : Pfizer et BioNtech bientôt sur le marché

>> Stratégie de vaccination au Maroc : “gratuité, transparence et volontariat”

>> Vaccin anti-Covid : un Algérien au cœur des essais cliniques chez Pfizer

>> Vaccin anti coronavirus : la Tunisie signe un contrat avec Pfizer

>> Covid19. Des vaccins “made in Morocco” pour l’Afrique subsaharienne et le Maghreb

>> Covid : Les pays riches ont déjà commandé la moitié des futurs vaccins

Malika El Kettani