Stratégie de vaccination au Maroc : “gratuité, transparence et volontariat”

 Stratégie de vaccination au Maroc : “gratuité, transparence et volontariat”

Le ministre marocain de la Santé, Khalid Ait Taleb, a déclaré mardi 15 décembre à la Chambre des représentants que la stratégie nationale de vaccination contre la Covid-19 reposait sur la gratuité, la transparence, la solidarité et le volontariat, et ne dépasserait pas trois mois.

En présence des membres du comité scientifique national chargé du suivi de la situation épidémiologique, le ministre de la Santé a présenté un exposé devant la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants autour de la stratégie nationale pour la vaccination contre la Covid-19. Il a indiqué qu’elle reposait sur la gratuité, la transparence, la solidarité et le volontariat. Le ministre a par ailleurs noté que les essais cliniques du vaccin contre la Covid 19 n’ont pas encore enregistré des effets secondaires graves mais uniquement des effets secondaires locaux, tels que les douleurs au point d’injection, l’éruption cutanée, les maux de tête et la fatigue.

Rythme de la stratégie de vaccination

Un total de 25.631 personnels médicaux seront mobilisés pour l’opération, dont plus de 11.000 en milieu urbain, avec la possibilité de solliciter l’aide de médecins du secteur privé, d’étudiants en médecine, des établissements des métiers d’infirmier, du Croissant-Rouge et des Organisations scoutes, a-t-il indiqué.

M. Ait Taleb a indiqué que la mise en œuvre de la stratégie de vaccination s’étalera sur 12 semaines à un rythme de 6 jours de travail par semaine et quatre périodes de 21 jours, soit une moyenne de 150 à 200 vaccinations par jour pour chaque personnel de santé, avec la mise en place d’un système de permanence pour assurer un fonctionnement normal des autres services de santé.

Une opération d’envergure nationale

En ce qui concerne l’organisation de l’opération, le ministre a relevé l’aménagement d’espaces de vaccination, sous forme d’unités relevant de centres de santé, qui dispenseront des prestations à travers deux modes à savoir le mode fixe en accueillant la population sur place et un mode mobile, selon un programme prédéfini à cet effet.

Compte tenu de l’importance de cette opération d’envergure nationale et dans le souci de faciliter sa mise en œuvre concrète, il a été procédé au niveau territorial à la mise en place d’une commission technique conjointe où sont représentés les ministères de l’Intérieur et de la Santé, laquelle commission se réunit de manière périodique pour préparer l’opération et vérifier ses aspects opérationnels.

>> Lire aussi : Covid 19. Le roi Mohammed VI ordonne la gratuité du vaccin pour tous les Marocains

Il a été également procédé à l’aménagement d’un dépôt national pour le stockage du vaccin, la mise en place d’un plan d’accueil, d’entreposage et de distribution du vaccin dans des conditions sûres, tout en veillant à la préservation et au suivi de sa qualité, à même d’évaluer les outils d’entreposage des vaccinations au niveau national, a-t-il ajouté.

Les personnes concernées

La vaccination concernera en premier lieu les agents en première ligne, notamment le personnel de la santé, les autorités publiques, les services de sécurité et le personnel du secteur de l’éducation nationale, et les personnes âgées et vulnérables. Ensuite, l’opération profitera aux autres citoyens selon l’âge, étant donné que la mise en œuvre précise de cette stratégie dépendra de la disponibilité des quantités nécessaires du vaccin au moment donné, a expliqué le ministre.

L’opération de vaccination anti-Covid-19 va couvrir les citoyens de plus de 18 ans selon un calendrier vaccinal en deux injections. L’opération sera par la suite étendue au reste de la population, afin de préserver la santé publique et réduire les répercussions économiques et sociales de la pandémie.

La campagne nationale de vaccination est une véritable réponse à la pandémie avec comme objectif d’atteindre un taux de couverture d’au moins 80%, nécessaire pour assurer l’immunité collective et progresser vers un retour à la vie normale a conclu le ministre.

Avec MAP

>> Voir aussi : M.Benahmed (INSERM) : « Nous avons la collision de deux épidémies »

Malika El Kettani