Cabaret TAM TAM : Retour vers la culture orientale des cabarets parisiens

 Cabaret TAM TAM : Retour vers la culture orientale des cabarets parisiens

Le Cabaret TAM TAM


 


Ce n'est pas une DeLorean mais bien le Cabaret Sauvage qui permettra aux spectateurs de faire un retour vers le passé haut en couleurs et en sonorités orientales pendant deux semaines. 


 


Pour la deuxième année, la salle de concert parisienne présentera son spectacle musical Cabaret TAM TAM, du nom d'un des lieux mythiques des soirées parisiennes des années 40 aux années 70. Fête, chansons, partage, culture, le Cabaret Sauvage emporte les spectateurs au cœur d'un Paris festif mais pas uniquement.


 


Hommage


Pour nous faire revivre les soirées de l'époque, le spectacle est composé de plusieurs reprises de chansons des années des années 50 aux années 80, « arrangées à la sauce d'aujourd'hui » mais également d'archives, de photos, de témoignages de l'époque. Le Cabaret TAM TAM tire son nom d'un acronyme des trois pays du Maghreb, Tunisie, Algérie, Maroc. « C'est un spectacle qui parle de la joie et de l'amour qu'on a pour la France et pour notre culture. C'est plus un spectacle qui va dans le sens vivre ensemble » confie Méziane Azaïche, directeur du Cabaret Sauvage, qui va même plus loin : « C'est un hommage aux gens qui ont travaillé dans ces cabarets. On rend très souvent hommage aux artistes mais on oublie toujours les producteurs (…) On rend hommage à tous ces gens qui ont créé des cabarets pour faire exister notre culture ».


 


Immigration


Un spectacle festif, orienté sur la joie et l'amour mais qui n'oublie pas non plus la réalité de l'époque : « Ce qui est incroyable c'est que tout ce qui est fait sur l'immigration. Ce que disaient nos


arrière-grands-pères, c'est la même chose qu'aujourd'hui » selon le directeur de Cabaret Sauvage. D'hier à aujourd'hui, plusieurs décennies de mépris : « Ça fait des années qu'on fait tâche en France. Il y a des évolutions à tous les niveaux mais dès qu'on parle d'immigration, des ouvriers qui ont et qui continuent à construire la France, on retrouve toujours le même mépris, les mêmes jugements ».


 


Vivre ensemble


Culture, mémoire, partage, le Cabaret Sauvage continue son travail : « C'est un spectacle qui va dans le sens de ce qu'on a fait comme Barbès café, comme le TAM TAM, c'est un travail que l'on fait sur notre culture et surtout sur la mémoire de cette culture que l'on partage à 100% avec la France. C'est une culture d'ici, elle ne vient pas d'ailleurs. La plupart des chansons ont été créées ici, même si elles étaient chantées en arabe ou kabyle ». Une culture orientale parisienne, une culture française émanant de ces lieux où les gens se retrouvaient écouter de la bonne


musique, manger le même plat et partager. Des exemples à garder en tête aujourd'hui comme l'explique Méziane Azaïche : « Avec ce qu'il s'est passé les derniers mois en France, c'est une raison de plus pour dire que le vivre-ensemble c'est extraordinaire ».


 


F. Duhamel


Le Cabaret TAM TAM, du 2 au 12 mars 2016. Au Cabaret Sauvage (Paris 19ème)

admin