Geert Wilders non coupable d’incitation à la haine visant les Marocains

 Geert Wilders non coupable d’incitation à la haine visant les Marocains

Geert Wilders, député du Parti de la liberté (PVV) d’extrême-droite aux Pays-Bas

Dirigeant du parti d’extrême droite aux Pays-Bas, Geert Wilders a été reconnu non coupable d’incitation à la haine et à la discrimination contre la communauté marocaine. En retour, la cour d’appel de La Haye a estimé, vendredi 4 septembre, qu’il avait insulté collectivement un groupe minoritaire.

Les faits remontent à 2014. Lors d’un meeting à La Haye, le dirigeant d’extrême-droite du Parti de la liberté (PVV), deuxième au Parlement, avait sollicité ses partisans en leur demandant s’ils souhaitaient « moins ou plus de Marocains », lesquels avaient scandé : « Moins ! Moins ! Moins ! ». Lors d’une autre campagne électorale, Geert Wilders avait promis une ville « avec moins de charges et si possible avec aussi moins de Marocains ». Récemment, le député a appelé sur Twitter au « nettoyage » des rues du pays, dominées, selon lui, par « des rats criminels » auxquels il faudrait retirer leur nationalité avant de les « expulser vers le Maroc, tous ».

>> Lire aussi : Soulagement européen après la défaite de Geert Wilders aux Pays-Bas

M. Wilders “coupable d’insulte collective”

En dépit des 6.500 plaintes déposaient à l’époque pour incitation à la haine, discrimination et insulte, la cour d’appel de La Haye n’a retenu que la dernière, le vendredi 4 septembre, soit six ans plus tard après les faits : “l’élu a insulté sans motivation et sans nuance un groupe minoritaire”, a -t-elle estimé, avant d’ajouter qu'”il s’est comporté de façon punissable, mais ne mérite pas une peine”. Ainsi, “la cour ne prononcera aucune peine contre lui pour ceci” et qu'”il est acquitté des autres charges”. L’accusé, lui, avait affirmé n’avoir jamais insulté qui que ce soit, et qu’il avait “voulu évoquer un problème de société”. Il a, par ailleurs, dénoncé un “procès politique”. 

>> Lire aussi : Binationaux : Le “sale” jeu des Pays-Bas

Un jugement estimé insatisfaisant

« C’est d’une importance cruciale, cela garantit le droit à l’existence d’êtres humains », avait déclaré le procureur, qui appelait à une amende symbolique de 5.000 euros, requête que la cour a jugé être dénuée de fondement. De son côté, Me Goran Sluiter, l’un des avocats des plaignants, avait estimé « particulièrement inquiétant et incompréhensible » un éventuel acquittement de Geert Wilders.

Un député anti-Islam

Tandis que le député d’extrême-droit assurait que « des millions de Néerlandais veulent moins de Marocains », il avait également proposé par le passé de fermer toutes les mosquées des Pays-Bas, ainsi que d’interdire le Coran. Le 28 août 2020, Geert Wilders écrit sur son compte Twitter : “I have a dream. Stop islam!”

En 2018, le chef du PVV avait convié ses abonnés à lui “envoyer des caricatures de Mahomet”. Il avait souhaité organiser le concours dans les locaux du Parlement néerlandais, à La Haye, plaidant la liberté d’expression. Après des manifestations et des menaces de mort, Geert Wilders s’était, deux jours plus tard, rétracté. Un an après, le populiste avait annoncé relancer le concours. Depuis, Geert Wilders bénéficie d’une protection constante de l’Etat néerlandais.

>> Lire aussi : SIEL 2018 : L’immigration marocaine aux Pays-Bas

Malika El Kettani