Gérald Darmanin recadre Marine Le Pen sur ses propos

 Gérald Darmanin recadre Marine Le Pen sur ses propos

Marine Le Pen et Gérald Darmanin en débat sur France 2, le 11 février 2021. – France 2

C’est un ministre de l’Intérieur sûr de lui qui a débattu avec Marine Le Pen, jeudi 11 février sur France 2, à propos de l’islamisme radical et de l’immigration. « Imprécisions», « mensonges» et « fake news », Gérald Darmanin n’a pas tardé à contrecarrer les affirmations erronées de la dirigeante d’extrême-droite, s’érigeant ainsi comme un contradicteur de choix pour le président de la République. 

Le ministre de l’Intérieur n’aura même pas donné l’opportunité à Marine Le Pen de convaincre sur la question de l’immigration, sa spécialité. « Chacun admettra que vous avez dit absolument n’importe quoi sur tous les chiffres. Il faut travailler pour le prochain débat présidentiel », a asséné M. Darmanin à l’encontre de la présidente du Rassemblement national, tandis qu’elle avançait le chiffre de 471.000  titres de séjour accordés en 2019, au lieu de 276.000. « Vous tentez d’installer une espèce de peur que vous entretenez. Cela démontre que vous n’êtes pas sérieuse », a déclaré le ministre, sourire au coin.

“Nous jugeons les étrangers pour ce qu’ils font”

Lorsque le sujet sur l’expulsion des étrangers sans titre de séjour a été mis sur la table, le ministre de tacler :  « Nous, nous jugeons les étrangers pour ce qu’ils font, pas pour ce qu’ils sont », qualifiant de « vielles idées » l’idéologie de Marine Le Pen concernant la suppression du droit du sol ou de la théorie du « grand remplacement », dans le cadre d’un débat où immigration et islamisme radical ont été les deux sujets prépondérants.

>> Lire aussi : Le Pen se lance contre le “pacte avec le diable” sur la migration

“Vous êtes très approximative”

Alors que le ministre de l’Intérieur défendait le projet de loi gouvernemental sur le “séparatisme”, Marine Le Pen  a estimé qu’il était insuffisant contre l’islamisme et l’avait « beaucoup déçue », tout en déclarant ne pas exclure de voter le texte. La dirigeante de l’extrême-droite était venue avec un contre-projet de loi visant les « idéologies islamistes », qui sont selon elle « partout », et qu’elle entend expulser de la société, à commencer par le voile. « Vous êtes très approximative […] vous dites beaucoup de choses qui ne sont pas la vérité ou qui ne sont pas le texte, qui ne sont pas le droit », l’a accusée Gérald Darmanin.

Tout au long du débat, le ministre de l’Intérieur s’est attaché à démontrer que le Rassemblement National demeurait un parti antirépublicain, dont certaines propositions, comme l’interdiction du voile, vont à l’encontre de la Constitution et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Ce débat était très attendu à quinze mois de la présidentielle.

>> Lire aussi : Darmanin déclare que le terme “séparatisme” sera remplacé par “laïcité”

Malika El Kettani