Musiques du monde arabe, une présentation inédite et passionnante

 Musiques du monde arabe, une présentation inédite et passionnante

Musiques du monde arabe, une anthologie en 100 artistes, de Coline Houssais, paru le 30 juin 2020 aux éditions Le mot et le reste, 300 pages.

Ce ne sont ni des biographies banales ni des discographies assommantes que propose Coline Houssais dans son nouveau livre Musiques du monde arabe, une anthologie en 100 artistes, mais une formidable fusion de toutes les composantes qui ont entouré le parcours d’un artiste, la création d’une oeuvre, la conception d’un genre. Une approche novatrice, aussi passionnante que pédagogique, parue le 30 juin 2020 aux éditions Le mot et le reste.

En lisant la biographie de la jeune autrice de 33 ans Coline Houssais, l’on comprend mieux les angles qu’elle a choisis pour le traitement de sa brillante anthologie. Formée à l’Institut d’Études Arabes de Damas et au campus Moyen-Orient Méditerranée de Sciences Po (où elle enseigne aujourd’hui), la politologue et chercheuse est aussi, évidemment, passionnée de culture et de musiques arabes. En résulte une oeuvre hybride, une combinaison très intéressante entre éléments historiques, culturels, politiques et économiques qui amorce et accompagne sa sélection d’artistes.

Une introduction nécessaire

C’est une sorte d’introduction de près de 80 pages que Coline Houssais propose en premier lieu et qu’elle juge nécessaire (pour le plus grand bonheur du lecteur), afin de justifier la suite de son épopée, qui sillonne 20 pays. L’autrice revient sur des concepts tels que l’arabité ou le panarabisme, sur des contextes tels que la Nahda ou le Congrès de musique arabe du Caire, sur l’histoire avec les conquêtes médiévales ou les routes commerciales du monde arabe, ou encore sur les inventions technologiques qui ont joué un grand rôle dans la représentation des artistes, du vinyle au digital en passant par la cassette, de la radio au cinéma en passant par la télévision.

Une anthologie protéiforme

S’il existe un socle musical commun aux pays arabes, « il n’y a pas de “musique arabe” en tant que genre précisément délimité, mais davantage un répertoire disparate qui se joue des frontières », écrit Coline Houssais. Nous ne étonnerons pas alors de voir la sélection débuter avec la psalmodie des textes sacrés et finir avec un groupe de rap-trap marocain, en passant par de l’oud classique irakien à la pop saoudienne, du classique à du populaire, de l’ancien à du nouveau, du connu à du moins connu, avec bien sûr les incontournables Oum Kalthoum, Fairouz, Abdel Halim Hafez, Farid El Atrache, Nass El Ghiwane, Reinette l’Oranaise, Idir…

En somme, une anthologie captivante qui sort des sentiers battus, à lire absolument.

Musiques du monde arabe, une anthologie en 100 artistes, de Coline Houssais, paru le 30 juin 2020 aux éditions Le mot et le reste, 300 pages.

>> Voir aussi : Oum Kalthoum, la quatrième pyramide

>> Lire aussi : Nass El Ghiwane, porte-paroles du peuple marocain

Malika El Kettani