Nakba : il y a 73 ans, 800 000 Palestiniens étaient chassés de leur terre

 Nakba : il y a 73 ans, 800 000 Palestiniens étaient chassés de leur terre

Un garçon palestinien tient la clé, symbole du droit au retour pour tous les réfugiés palestiniens, lors d’une marche commémorant la « Nakba » le 14 mai, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie. AFP

Alors que l’offensive de l’armée israélienne se poursuit dans la bande de Gaza (en six jours, 126 Palestiniens sont morts et près de 950 ont été blessés), les Palestiniens commémorent la “Nakba” (la catastrophe) ce samedi 15 mai 2021.

 

Il y a 73 ans, le 15 mai 1948, en pleine guerre israélo-arabe et au lendemain de la proclamation de l’état d’Israël, les milices sionistes chassent 800 000 Palestiniens de leurs terres d’origine. Une catastrophe appelée “Nakba” par les Palestiniens.

La Nakba, c’est aussi la destruction entre 1947 et 1949, de plus de 500 villages palestiniens, dont le plus connu est Deir Yassine, situé à l’ouest de Jérusalem. Ses 250 habitants furent massacrés par les forces d’occupation israélienne.

>> Lire aussi : Palestine : Gérald Darmanin demande l’interdiction de la manifestation de Paris

Longtemps, la “Nakba” est niée par les autorités israéliennes et les Israéliens eux-mêmes. Pour Israël, les Palestiniens se sont enfuis parce qu’ils ont répondu à l’appel au départ des pays arabes.

Ce n’est que vers la fin des années 1970 que cette version est remise en cause par de “nouveaux historiens” israéliens, comme Benny Morris, Tom Segev ou Avi Shlaïm.

Trente ans après la création de l’Etat d’Israël, ils ont enfin accès aux archives et ne trouvent aucun appel provenant des pays arabes.

>> Lire aussi : Bertrand Heilbronn : “Avec mon arrestation, un seuil a été franchi”

Le 11 décembre 1948, les Nations unies votent une résolution, la 194, qui affirme “qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et  de vivre en paix avec leurs voisins et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers”.

Le 11 mai 1949, le gouvernement israélien endosse cette résolution lors de la conférence de Lausanne. Le lendemain, Israël est admis comme membre des Nations unies. Pourtant, 73 ans après la “Nakba”, la résolution n’a jamais été respectée.

En 2007, Ehud Olmert, alors Premier ministre, a affirmé qu’Israël n’acceptera jamais le retour des réfugiés palestiniens.

73 ans après la Nakba, la perspective d’un retour des réfugiés s’éloigne de plus en plus …

>> Lire aussi : Arrestation du président de l’Association France Palestine Solidarité

 

Nadir Dendoune