Nîmes : un commerçant interdit l’accès à son magasin aux femmes voilées

 Nîmes : un commerçant interdit l’accès à son magasin aux femmes voilées

Affiche sur la vitrine d’une supérette à Nîmes interdisant l’entrée aux femmes voilées.

A Nîmes dans le Gard, a-t-on appris par nos confrères de Midi Libre, un commerçant a apposé jeudi soir (29 octobre) une affiche interdisant l’entrée à “toute personne voilée”, sur la vitrine de son magasin “Vival” (groupe Casino). La débilité dans toute sa splendeur. 

 

« À compter de ce jour, toute personne voilée ne sera pas autorisée à rentrer dans le magasin », pouvait-on lire sur ladite affiche, posée quelques heures après l’effroyable attentat de Nice où trois personnes ont trouvé la mort.

Face aux nombreuses indignations sur les réseaux sociaux, l’affiche a été retirée, et le groupe Casino a fermé le magasin et condamné l’initiative, qu’il attribue à un “franchisé”.

« Nous avons fait retirer cette affiche hier en début de soirée, dès que nous en avons eu connaissance. Nous la condamnons avec la plus grande fermeté. Il s’agit d’une initiative personnelle, qui va à l’encontre des valeurs de l’enseigne », a fait savoir sur Twitter le groupe Casino.

 

>> Lire aussi : Enquête ouverte après l’agression des deux femmes voilées

« Le directeur lui-même a laissé ce message et dit ouvertement qu’il en assumerait les conséquences », a écrit dans un message adressé à la rédaction de Midi Libre, Ilyes El-bir, un Nîmois.

« Nous musulmans nous ne sommes pas des terroristes, clame ce citoyen, nous musulmans n’acceptons pas tous ces drames. Nous sommes aussi français et cet acte de racisme est inadmissible. »

 

>> Lire aussi : Laïcité : les discriminations liées au voile persistent

Vendredi, le procureur de Nîmes a annoncé l’ouverture d’une enquête pour refus illicite de vente et discrimination.

Ce vendredi, des internautes invitaient à appeler l’enseigne en question. Et des appels à manifester devant l’établissement auraient également été formulés.

 

>> Lire aussi : Voile : Des parlementaires désertent une audition de l’Assemblée nationale

Un climat de tension qui a poussé le parquet à lancer par ailleurs des investigations sur les nombreuses menaces qui auraient été reçues par le commerçant, dont les vitrines ont été cassées ce vendredi matin, a précisé le procureur de Nîmes.

« De la même manière, les enseignes Casino condamnent tous les actes de violence, quels qu’ils soient, qui seraient exercés à l’encontre des personnes et des biens, et en appellent à la responsabilité de chacun », indique sur ce point le groupe Casino.

 

>> Lire aussi : 

Une première en France, une rue porte le nom d’une « femme voilée »

Voile musulman : des étudiantes boycottées par un prof de sport

 

Nadir Dendoune