France – Mosquée de Montbéliard : Silence, on brûle !

 France – Mosquée de Montbéliard : Silence, on brûle !

Le mur de la mosquée de Montbélard a été partiellement détruit. Photo Sébastien Bozon / AFP.

La mosquée de Montbéliard a été l’objet pour la deuxième fois d’un incendie criminel mais cela ne semble pas émouvoir la classe politique française qui se confine dans un grand silence.

Pour la deuxième fois en ce mois d’octobre, la mosquée Monbélard dans le Doubs est confrontée à des attaques d’origine criminelle. Hier jeudi, un pan du mur du bâtiment a été partiellement détruit par un incendie signé par un groupuscule qui se nomme « les échappées belles ». Au début du mois, les mêmes signataires avaient revendiqué l’incendie d’un fourgon garé devant la mosquée et avaient glissé un message raciste sous la porte de la mosquée sur lequel était écrit : Bougnoules dégagez d’ici – y en a marre ! .

Les responsables musulmans de France ont fermement condamné cet acte islamophobe qui selon Dalil Boubaker, recteur de la Mosquée de Paris, est la preuve d’un “acharnement qui inquiète tous les musulmans de France”.

De son côté, la classe politique française ne s’est guère manifestée, s’enfonçant dans un silence qui contraste avec la solidarité et l’indignation qu’elle avait affichées lors de l’incendie des locaux du journal Charlie Hebdo. Claude Guéant qui s’était alors déplacé sur les lieux et avait condamné ce qu’il a qualifié d’un « attentat »,  n’a pas réagi à l’incendie de Montbéliard.

Une discrétion (ou indifférence) qui suscite beaucoup de réactions sur les sites internet et les blogs, devenus relayeurs d’une information qui semble ne pas intéresser les grand organes de presse et le gouvernement français. Ainsi, Stéphane Fontenelle un des blogueurs du site indépendant Politis tourne en dérision cette « émotivité à géométrie variable » dans un article intitulé : « Montbéliard attend Guéant ».

 

Il serait peut-être temps pour le gouvernement de s’alarmer face à tous ces actes islamophobes qui selon Dalil Boubakeur, « empoisonnent notre société et tendent à précariser de plus en plus notre vivre ensemble laïque et républicain ».

Mouna Tamir

Mouna Tamir