Nouvelles arrivées de vaccins gratuits en Afrique grâce à Covax

 Nouvelles arrivées de vaccins gratuits en Afrique grâce à Covax

Malgré des communiqués flatteurs, l’initiative Covax échoue à remplir ses promesses. NIPAH DENNIS / AFP

Nigeria, Angola et République démocratique du Congo (RDC) ont à leur tour reçu mardi en Afrique leurs premières doses de vaccins contre le Covid-19 financés par le dispositif Covax. Ce dispositif de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vise à vacciner les pays les plus démunis.

Un vol transportant 3,94 millions de doses de vaccin britannique AstraZeneca/Oxford est arrivé peu avant midi à l’aéroport international d’à Abuja, capitale du Nigéria. Il s’agit du premier lot des 16 millions de doses destiné au pays le plus peuplé d’Afrique via le dispositif Covax.

Après le Ghana et la Côte d’Ivoire, les 24 et 26 février, le Nigeria est le troisième pays d’Afrique à recevoir des vaccins financés par Covax. Les soignants et les professions à risque seront les premiers vaccinés, dès vendredi, ont assuré les autorités.

Mardi, un avion a également débarqué à Luanda 624 000 doses de vaccins AstraZeneca/Oxford financés par Covax. Ils permettent à l’Angola d’entamer immédiatement la vaccination de membres du personnel de santé. Le même jour, la République démocratique du Congo (RDC) a également reçu mardi de premières doses fournies par le dispositif Covax.

Le Nigeria veut vacciner au moins 70 % des Nigérians de plus de 18 ans d’ici les deux prochaines années, mais ce chiffre paraît très ambitieux compte tenu des immenses défis sécuritaires et logistiques dans ce pays immense, très peuplé, aux conditions météorologiques difficiles et où les routes sont difficilement praticables.

 

Défi logistique sans précédent en Afrique

Le patron de l’OM, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué l’arrivée des vaccins au Nigeria. « Nous devons agir ensemble pour fournir des vaccins à tous les pays dans les 100 premiers jours de 2021 », a-t-il promis. Il s’agit d’un des objectifs annoncés de Covax ; l’autre étant de fournir deux milliards de doses d’ici la fin de l’année. Le but est de couvrir à terme les besoins nécessaires pour la vaccination de 20 % des pays bénéficiaires.

Environ 237 millions de doses Astrazeneca-Oxford, fabriquées en Corée du Sud et en Inde, vont arriver d’ici la fin mai dans 142 pays grâce à une opération logistique sans précédent. À cela viendront s’ajouter 1,2 million de doses du vaccin Pfizer-BioNTech, qui exige une chaîne du froid, à températures très basses.

À lire aussi : Vaccin : Pourquoi le Maroc a choisi Astrazeneca et Sinopharm ?

Covax, système mis en place pour essayer d’assurer un accès équitable aux vaccins dans le monde, a commencé la distribution seulement la semaine dernière. Soit deux à trois mois après le démarrage des campagnes de vaccination dans nombre de pays riches.

À lire aussi : Tunisie. Des vaccins anti Covid font les frais de la cohabitation politique

D’autres pays africains n’ont pas attendu les livraisons de l’OMS pour commencer la vaccination de leurs populations. Le Maroc notamment, grâce à sa collaboration avec Sinopharm, a dépassé le cap des deux millions d’injections mi-février.

Mohamed C.