Référendum sur l’immigration : Bardella enfonce le clou

 Référendum sur l’immigration : Bardella enfonce le clou

Le président du Rassemblement National, Jordan Bardella, réclame un référendum pour plus de fermeté sur l’immigration.

Le chef du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, a l’intention de solliciter d’Emmanuel Macron la tenue d’un référendum sur l’immigration. Au lendemain d’Éric Ciotti pour Les Républicains, c’est au tour de l’extrême droite de réclamer un scrutin sur le sujet.

Le président de la République doit rencontrer les partis représentés au Parlement à la maison d’éducation de la Légion d’honneur de Saint-Denis, près de Paris. L’objectif est de collaborer à l’élaboration de textes législatifs et de prévoir, « si nécessaire », des référendums, étant donné l’absence de majorité absolue à l’Assemblée nationale.

Après Les Républicains par la voix d’Eric Ciotti, Jordan Bardella, a écrit une lettre au président de la République dans laquelle il souligne « l’urgence de la situation » et appelle à une consultation du peuple français par référendum concernant la politique d’immigration. Il estime que cette consultation devrait contenir toutes les mesures pour reprendre le contrôle de l’immigration. Le scrutin, devant se tenir en même temps que les élections européennes en juin 2024 devrait porter pour un changement fondamental pour plus de fermeté, d’exigence et de maîtrise.

Le président du Rassemblement national (RN) prévoit également de discuter du pouvoir d’achat des Français, en demandant un « moratoire sur toute augmentation d’impôts et de taxes » jusqu’à la fin du quinquennat en 2027. Il abordera aussi des sujets tels que la réduction des factures énergétiques et des prix des carburants, la défiscalisation des hausses de salaire jusqu’à 10 % et la suppression de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) pour encourager la réindustrialisation.

 

L’Élysée invite finalement La France insoumise et le Rassemblement national

Dans le domaine de l’éducation, Bardella évoque la « crise de l’école » et appelle à une « refonte des programmes scolaires » avec une attention particulière à l’histoire nationale. Il suggère également une revalorisation salariale supplémentaire pour les enseignants afin d’accroître l’attrait de la profession.

Le président du RN souligne que les Français attendent des actions décisives qui témoignent de la volonté de restaurer l’autorité de l’État et de préserver l’identité de la France.

Les dirigeants des partis sont invités à une après-midi de discussions et à un dîner dans le but de converger sur des points communs. Après avoir initialement exclu le Rassemblement national et la France insoumise (LFI) de cette réunion, l’Élysée a finalement décidé de les inclure, bien que la macronie les considère comme en dehors de l' »arc républicain ».

Mohamed C.