Sahara : Le département d’Etat US réaffirme la souveraineté marocaine

 Sahara : Le département d’Etat US réaffirme la souveraineté marocaine

Le porte parole du département d’Etat, Ned Price (youtube)

Lors d’un point presse du 1er juillet 2021, le porte-parole du département d’Etat, Ned Price confirme sur la question du Sahara que l’administration Biden gardait la même position sur la reconnaissance américaine. Les Etats-Unis n’ont ainsi pas changé de position officielle sur ce dossier.

A une question posée sur la reconnaissance des Etats-Unis sur la marocanité du Sahara, le porte parole du département d’Etat, Ned Price a confirmé que l’Administration Biden n’a pas changé de position sur le Maroc. En effet, pour lui, rien n’a changé entre les deux administrations américaines sur la question du Sahara et de la reconnaissance américaine.

La précédente administration, celle de Donald Trump, avait changé la position américaine le 20 décembre 2020. La Maison Blanche avait alors décidé de reconnaitre la souveraineté marocaine sur le Sahara, comme partie intégrante de son territoire.

>>Lire aussi : Les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté du Royaume sur le Sahara

Brett Mc Gurk, nouveau “Monsieur Sahara” à la Maison Blanche

Mercredi, c’était Brett McGurk, principal conseiller du président Biden pour le Moyen-Orient qui confirme l’information. Selon le site Axios, après des appels à Nasser Bourita, ministre des affaires étrangères, l’administration Biden n’envisage pas d’annuler la décision de Trump.

Le nouveau responsable américain demande au Royaume de “soutenir la nomination d’un nouvel envoyé de l’ONU”. Le but : “renouveler le processus diplomatique sur la question et faire avancer le processus de normalisation avec Israël”. La mission de Horst Köhler s’était soldée par un échec après deux ans. Pour l’heure, aucun canidat ne semble satisfaire les protagonistes du conflit.

La nomination d’un nouvel envoyé permettrait à l’Administration Biden de mieux gérer la question du Sahara. En effet, la Maison Blanche tient à respecter l’accord du 22 décembre. D’un autre côté, il doit faire face à l’aile gauche de son parti, hostile aux positions du Royaume.

Contrairement à ce qu’affirmaient certains médias, la prise de position de Ned Price permet de conforter la vision américaine sur la question, d’une reconnaissance officielle du Sahara Marocain.

 

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).