Sahara marocain/ONU. La résolution 2548 conforte la démarche du Maroc

 Sahara marocain/ONU. La résolution 2548 conforte la démarche du Maroc

Tarek Ladeb, chef de la délégation tunisienne au Conseil de sécurité, en devient le président pour le mois de janvier. Atilgan Ozdil / ANADOLU AGENCY / AFP

A la veille de la célébration de l’anniversaire de la Marche Verte, la résolution 2548 du Conseil de Sécurité vient conforter la démarche du Maroc qui s’appuie sur la légalité internationale, la volonté de la population, la réalité sur le terrain, la poursuite de la dynamique de développement, et les reconnaissances de plus en plus accrues de la communauté internationale, comme en témoigne la multiplication des ouvertures de Consulats Généraux dans les Provinces du Sud.

 

Dans ce contexte, la résolution 2548, adoptée par le Conseil de Sécurité le 30 octobre 2020 et relative à la question du Sahara marocain, se décline en un triple message : un message de clarté, de fermeté et de constance, a indiqué, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résident à l’étranger, Nasser Bourita.

Des violations graves des milices du polisario

Dans la résolution 2548, le Conseil de Sécurité rejoint le rapport du Secrétaire Général dans l’inquiétude face aux violations récurrentes de l’Accord militaire et de la menace réelle sur le cessez-le-feu, a rappelé M. Bourita, ajoutant qu’en effet, le SG avait rapporté au Conseil de Sécurité 53 violations par les milices du “polisario”, et relevé que les termes de l’Accord militaire n°1 étaient sensiblement moins respectés par le polisario.

Le Secrétaire Général a constaté “une érosion” de la collaboration avec la Minurso, a poursuivi le ministre, relevant que le Conseil de sécurité avait, dès sa résolution 2414 de 2018, a demandé au polisario d’exécuter “son retrait immédiat” de la zone tampon de Guergarate, et “de s’abstenir de se livrer à de tels actes déstabilisateurs”, qui pourraient compromettre le processus politique.

L’hypothétique référendum, une  option écartée par le Conseil de Sécurité

Le ministre a insisté sur la constance dans la préservation des acquis du Maroc, notamment l’initiative marocaine d’autonomie comme base de toute solution politique, et les paramètres de réalisme, de pragmatisme et de compromis, qui caractérisent l’initiative marocaine. Il a, à cet égard, souligné que plusieurs pays, notamment membres permanents du Conseil de Sécurité, ont d’ailleurs réitéré, à l’occasion de cette résolution, leur appui à l’initiative marocaine.

Le Conseil de Sécurité confirme aussi  que le mandat de la MINURSO se limite à l’observation stricte du respect du cessez-le-feu et qu’il n’a pas cédé à la logique de chantage politique, de banditisme et de harcèlement du secrétariat de l’ONU, qui poussait pour la modification des missions de la MINURSO. La résolution confirme définitivement le mandat de la MINURSO dont la présence n’est nullement liée à un hypothétique référendum, option écartée par le Conseil de Sécurité, a conclu M. Bourita.

>> Lire aussi :

Sahara. L’ONU demande au polisario de quitter Guerguerat

Guterres confirme la sécurité et le développement au Sahara marocain

Sahara marocain. Laâyoune déclarée ville apprenante par l’UNESCO

 

Mohamed El Hamraoui