Sahel : Emmanuel Macron annonce la fin de l’Opération Barkhane

 Sahel : Emmanuel Macron annonce la fin de l’Opération Barkhane

Soldat français de l’opération Barkhane -2019 – Daphné Benoit / AFP

Lors d’une conférence de presse à l’Elysée, le président Emmanuel Macron annonce la fin de l’opération militaire Barkhane dans le Sahel. Cela aura été l’une des opérations extérieures militaires les plus longues : 7 ans de présence dans le Sahel après les opérations Serval et Epervier.

L’opération Barkhane est finie. C’est un changement de cap dans la lutte contre le jihadisme dans le Sahel. Avec cette amorce de réduction des effectifs, la France souhaite se retirer peu à peu du Mali, frappé par un récent coup d’Etat. Pour l’heure, le calendrier et les modalités de la fin de l’opération Barkhane ne seront définis qu’à la fin juin.

Avec ce geste fort, Emmanuel Macron souhaite une “transformation profonde” de la présence militaire de la France dans la région. Comme le sous entendait le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian à Abidjan, “La France n’a pas vocation à rester éternellement au Sahel.”

>>Lire aussi : Afrique. Le Maroc préoccupé par les événements en cours au Mali

5100 soldats au Sahel

C’est sous le président Hollande en Janvier 2013 que l’opération militaire menée au Mali débute. D’abord baptisé Serval, puis Epervier et enfin, Barkhane quand la France a intégré un dispositif régional.

Composé de 5100 soldats français, Paris souhaite lutter contre les jihadistes affiliés au groupe Etat Islamique et à Al-Qaïda. Si la France obtient des succès tangibles sur le terrain, elle n’enraye pas la spirale jihadiste dans la région. Alors que de nombreuses voix, dont celle de Jean-Luc Mélenchon, s’élèvent sur la présence française extérieure, 50 soldats ont été tués au combat depuis 2013.

Ces dernières semaines de la présence militaire français se sont compliquées. Il y a eu la mort d’Idriss Deby au Tchad et le 2nd coup d’Etat au Mali en 8 mois. Disposant de plusieurs bases au Mali, l’Opération Barkhane dispose de plusieurs bases au Mali. Le nombre de personnes devrait tourner autour de 2500 personnes à l’horizon 2023.

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).