Affaire Sid Ahmed Ghlam : l’autre procès des attaques de 2015

 Affaire Sid Ahmed Ghlam : l’autre procès des attaques de 2015

Sid Ahmed Ghlam, étudiant algérien, 23 ans, accusé d’avoir tué Aurélie Chatelain et tenté d’organiser un massacre, le 19 avril 2015. OFF / AFP

Jusqu’au 6 novembre, se tient, devant la cour d’assises spéciale de Paris, le procès de Sid Ahmed Ghlam pour un attentat avorté et le meurtre d’une jeune femme.

 

C’est un autre volet du procès des attentats de 2015. Il concerne Sid Ahmed Ghlam, cet étudiant algérien de 23 ans, au moment des faits.

Il est accusé d’avoir assassiné Aurélie Chatelain, une jeune femme tuée par balle dans sa voiture, et d’avoir tenté d’organiser un massacre le 19 avril 2015, dans une église de la ville de Villejuif en région parisienne.

L’homme est jugé avec neuf autres personnes, dont deux qui sont absentes du procès.

Propagande djihadiste

Sid Ahmed Ghlam dit s’être fait « ensorceler par l’Etat islamique ». Le 19 avril 2015, il appelle le Samu pour une blessure par balle à la jambe.

L’étudiant en électronique est fiché S. Très vite, les enquêteurs découvrent, dans sa voiture, une kalachnikov, des pistolets et un gilet pare-balles, entre autres.

Lors d’une perquisition à son domicile, les forces de l’ordre trouvent ensuite une lettre d’allégeance à Al-Baghdadi, leader de Daesh, ainsi que de la propagande djihadiste sur son ordinateur.

Le Sacré-Cœur comme cible

Les investigations mettent en lumière une attaque de plus grande envergure et préparée de longue date

En début de 2015, un des membres de Daech le charge de trouver une bonne cible en région parisienne. Il évoque dans ses échanges avec l’accusé, “l’église du Sacré-Cœur, une bonne église avec du monde”.

L’accusé a également eu des liens avec Abdelhamid Abaaoud, le chef opérationnel présumé des attentats du 13 novembre, tué lors de l’assaut du Raid à Saint-Denis.

Déni du meurtre d’Aurélie Châtelain

Assez rapidement, Sid Ahmed Ghlam reconnaît sa participation à cette tentative d’attentat avorté. En revanche, il nie fermement son implication dans le meurtre d’Aurélie Châtelain, cette jeune femme qui a été tuée d’une balle à l’épaule droite.

La police a retrouvé dans son véhicule une douille. Elle correspond à l’un des pistolets saisis au domicile de Sid Ahmed Ghlam.

>> Lire aussi : 

Procès Charlie Hebdo : l’audience suspendue après le malaise d’un accusé

Justice. Ouverture du procès des attentats de Charlie Hebdo

 

 

 

 

 

Chloé Juhel