Fatima Ouassak parle de son premier ouvrage « La puissance des mères »

 Fatima Ouassak parle de son premier ouvrage « La puissance des mères »

Fatima Ouassak évoque « les mères souvent reléguées à leur rôle de mamans nourricières»

Fatima Ouassak avant d’être autrice, est militante dans plusieurs structures. Elle raconte dans son livre  « La puissance des mères » son expérience de mère musulmane et Arabe habitant dans un quartier populaire.

Les offensives contre les droits des femmes se sont multipliées jusqu’au plus haut sommet de l’État ces derniers mois. Face à ces attaques les féminises se réinventent. Fatima Ouassak a sorti son premier livre aux éditions La Découverte. Sa réflexion mêle féminisme, antiracisme et écologie. Son objectif est de transformer les mères en sujet politique à part entière.

Fatima Ouassak veut rétablir les mères comme sujet politique

Elle raconte la genèse de ce premier ouvrage : “Le point de départ de mon engagement c’est la conscience que j’ai eue d’être mère et responsable à part entière de mes enfants. Mes enfants qui subissaient dès le plus jeune âge des discriminations, une stigmatisation, des humiliations. C’est effectivement le fait que je ne supportais plus qu’ils subissent cette réduction du champ de leurs possibles, qui a fait que je me suis engagée en tant que mère”.

 

Fatima Ouassak est militante, fondatrice du réseau Classe/Genre/Race et cofondatrice du Front de mères.

Ce premier ouvrage, paru le 27 août aux éditions La Découverte évoque le rôle de « mamans », qui  vivent dans des quartiers populaires et sont issues de l’immigration coloniale.

>> Lire aussi : La chronique du Tocard. Les femmes, les Noirs et les Arabes

Fatima Ouassak veut rétablir les mères comme sujet politique et de débat. Des mères reconnues non pas uniquement comme  nourricières, mais comme des militantes de premier plan. Car, comme elle le dit,” les mères se battent dès leur grossesse pour donner une bonne éducation à leurs enfants.” Elles se battent contre les discriminations d’une société patriarcale et raciste.” Les mères luttent également contre un système scolaire discriminatoire et “cette ’assignation à résidence de leurs enfants”.

La militante de Bagnolet propose dans cet ouvrage des pistes de luttes inédites pour renverser l’ordre social.

Mishka Gharbi