Insee – Portrait de la pauvreté en France

 Insee – Portrait de la pauvreté en France

Des bénévoles de l’association caritative “Les Restos du Cœur” distribuent de la nourriture au stade Vélodrome de Marseille. Nicolas TUCAT / AFP

Un Français sur cinq était en situation de pauvreté en 2019. C’est ce qui ressort de l’étude de l’INSEE parue le 1er septembre.

 

Ce sont des chiffres qui ont été établis avant la pandémie. Il y a fort à parier que ceux-ci vont fortement augmenter avec la crise économique provoquée par le Covid.

Selon cette étude de l’Insee réalisée en 2019, plus de 13 millions de Français étaient concernés par la pauvreté : 21% de la population étaient dans une situation de pauvreté monétaire ou de privation matérielle et sociale en France métropolitaine, pour être très précis.

Qui sont statistiquement les Français les plus touchés par ce phénomène de pauvreté ? Se retrouvent en première ligne : les chômeurs, les locataires, les familles monoparentales, les familles de trois enfants et les enfants de moins de 16 ans.

>> Lire aussi : Le coût de la rentrée universitaire 2021 en légère hausse

Critères qui se complètent

Pour réaliser cette enquête, l’Insee a pris en compte les personnes qui disposent d’un niveau de vie inférieur à 60% du niveau de vie médian. Cela correspond à un revenu de moins de 1 063 euros par mois. Un peu plus de 13% de la population métropolitaine est ainsi concernée.

Mais la pauvreté ne se mesure pas uniquement avec une référence monétaire. Il existe un autre critère pour quantifier ce phénomène : l’Insee s’est basé sur l’indicateur européen de « privation matérielle et sociale ».

Cela permet de mesurer les conséquences de la faiblesse des revenus, telles que le fait de pouvoir partir en vacances, d’accumuler des retards de paiement, d’avoir des difficultés de logement ou de ne pas manger de la viande tous les deux jours. Avec ce critère, on parvient également à 13% de la population métropolitaine.

Ces deux approches de la pauvreté « se complètent et ne se recouvrent que partiellement », indique l’Insee.

>> Lire aussi : La précarité étudiante s’invite aux Journées d’été des Ecologistes

 

Chloé Juhel